Appel à communication « Le fait religieux dans les manuels d’histoire de fin de cycle scolaire. Autour et au-delà du bassin méditerranéen », Université du Maine, décembre 2015

Appel à communication « Le fait religieux dans les manuels d’histoire de fin de cycle scolaire. Autour et au-delà du bassin méditerranéen »,

Université du Maine, décembre 2015

Pour accéder à l’appel à communication, cliquez ici.

Appel à contributions « La réforme. Contextes, enjeux et objectifs. Approche critique et comparative »

Réseau de recherche interdisciplinaire sur « les colonisations et décolonisations » (RICODE)

Centre d’histoire judiciaire UMR 8025- CNRS-Lille 2

Centre de recherche Moyen-Orient Méditerranée  EA 4091- INALCO

« Dynamiques du Droit » UMR 5815 CNRS- Université de Montpellier 1

Institut d’histoire du droit, EA 3320–Université de Poitiers

Institut d’histoire du temps présent UPR 301-CNRS

 

Appel à contributions – Journées d’études et colloque

     2015-2016

 

  La réforme. Contextes, enjeux et objectifs.

Approche critique et comparative XIX-XXI s.

 

Présentation et objectifs du projet

 Dès lors qu’on s’intéresse aux conditions d’exercice du gouvernement impérial, colonial ou post-colonial, ce qui frappe c’est la référence constante à la réforme. La réforme a compté et compte encore aujourd’hui parmi les expressions les plus utilisées dans la présentation des processus de décision politiques. La notion de réforme apparaît à la fois en tant que facteur de renouvellement des pratiques, et en tant que révélateur des évolutions en cours.

Les politiques de réforme (administration, justice, éducation, fiscalité, économie, société, politique, santé etc) sont souvent perçues ou décrites comme des politiques d’adaptation destinées à remédier à des dysfonctionnements objectifs de l’appareil d’Etat. Elles s’apparentent ainsi à un progrès. Mais il apparaît en réalité que les références et le recours aux réformes cristallisent « le souci de soi de l’Etat » ( P. Bezes, 2002). Les jeux institutionnels et les éléments contextuels, suscitant la mise en question d’un ordre « ancien » administratif, social ou économique, ainsi que la constitution de nouveaux savoirs, transformant progressivement  cet ordre « ancien »  « en problème », en « enjeu » de connaissance et simultanément en «  objet d’intervention gouvernementale », expliquent le développement et la mise en place de politiques de réforme des pratiques sociales et des institutions dans leur fonctionnement. L’enjeu de la réforme est donc bien au centre de toute réflexion sur le politique. Et ce dernier ouvre la problématique du rapport du pouvoir et de l’Etat à la société.

Pourquoi veut-on réformer et que veut-on réformer ? La question se pose au moins depuis l’empire ottoman dans le cadre d’un environnement changeant. La réforme implique l’idée de correction, de changement progressif, limité ou profond, et de transformation par des moyens conformes aux règles existantes. Il s’agit donc de réorganiser, d’améliorer le fonctionnement des institutions et leurs résultats. La réforme est parfois considérée comme un vecteur de la « modernisation » de l’Etat et comme un mode d’émancipation de la société.  Mais dans tous les cas, l’influence du volontarisme politique est patente dans le contenu et les objectifs des réformes.

Le projet de recherche sur la réforme est né d’un triple constat. D’abord, des réformes de l’empire ottoman aux réformes initiées par les « nouveaux » Etats en passant par le réformisme colonial, les exemples, qui invitent à décrypter les enjeux et les finalités, ne manquent pas.

Ensuite, les analyses portant sur des politiques dites de réforme, mises en place à différentes échelles, tendent fréquemment à porter un regard peu critique sur celles-ci. En effet, face à la multiplication des discours et des pratiques qui érigent la réforme en règle, voire parfois en norme de la décision politique, il est frappant de constater à quel point les fondements de la réforme sont indiscutés. Or, loin d’être des catégories neutres, les notions de réforme ou de réformisme s’inscrivent, plus ou moins explicitement dans des représentations (légitimité, libéralisme, démocratie, progrès, innovation, etc.), dans des valeurs centrales ou dans des choix de société que l’on souhaite promouvoir. L’objectif du projet de recherche est de construire et de nourrir un regard critique sur les modalités d’usage et d’appropriation du concept de réforme par des acteurs diversifiés. L’intérêt porte aussi sur les enjeux et les finalités des réformes. De même, à faire et à penser la gouvernance sous l’angle des réformes, on constate que les réponses multiples ne permettent pas toujours de comprendre pourquoi et comment la réforme introduit ou réintroduit le conflit et les clivages. C’est pour cela que le projet vise à examiner, dans divers champs théoriques et dans celui du politique, la manière dont s’est construite et a été « traduite » la nécessité de la réforme, présentée comme la clef du changement, voire du progrès , et ce dans des contextes variés.

Enfin, au fil des travaux déjà consacrés à la question des réformes, beaucoup d’observations utiles ont été faites. Mais les travaux sur le temps long, incluant à la fois les périodes pré-coloniales, coloniales et post-coloniales, sont encore rares. Or, la notion de réforme et les politiques de réforme durant ces séquences historiques méritent d’être spécifiquement envisagées.

Le « Réseau de recherche  interdisciplinaire colonisations et décolonisations » (www.ricode.hypothsess.org), associant notamment le CERMOM, l’IHTP, le CHJ, l’IHD et « Dynamiques du droit », se propose, dans le cadre de ce projet, de consacrer des journées d’études et un colloque à une réflexion sous cet angle. Tout en intégrant les apports des différents travaux antérieurs, ces rencontres se donnent pour objectif d’explorer, dans une démarche comparative et interdisciplinaire, les héritages, les emprunts, les expériences de réformes et leur portée d’une époque à une autre, d’un empire à l’autre, d’un pays à un autre. Seront ainsi mis en exergue les liens entre les politiques de réformes, la transformation de l’Etat et des sociétés, le rôle de l’Etat et des élites politiques et sociales dans cette marche vers le « progrès ».

Le projet attachera une importance particulière à l’étude du réformisme du XIX au XXI siècle en lien avec les méthodes de gouvernance des Etats soucieux de légitimité, de stabilité, de « cohésion » et de paix sociale. L’étude des conditions de réception des réformes- perçues comme un outil de modernisation ou une tentative d’émancipation-, de leurs implications dans l’évolution des pouvoirs et des sociétés serait à cet égard éclairante. De même la mise en perspective des exemples d’acceptation ou de résistance aux réformes se justifie tout particulièrement. Elle permettrait de comprendre les enjeux et les finalités des réformes mises en œuvre, les modes de gestion du changement qu’elles induisent par les Etats en fonction de leurs intérêts ou orientations.

Cette approche permet de jeter un nouveau regard sur l’articulation des politiques de réforme à la construction ou à la consolidation des pouvoirs politiques. En ce qui concerne le réformisme colonial, la métropole, au lendemain des conquêtes, est porteuse d’un véritable projet de domination visant non pas seulement à encadrer, à contrôler et à réprimer, mais aussi à convaincre et à rechercher le consensus. Les revendications des colons servent souvent de leviers aux réformes. En situation impériale ou coloniale, le réformisme découle-t-il de l’évolution des idées ? Est-il le produit de transformations de l’administration ou des jeux de pouvoir en métropole ou bien s’agit-il de défendre un ordre colonial par le moyen de la réforme ? Afin d’élucider quelques-uns des fondements politiques de la réforme dans les stratégies impériales, le projet invite à une réflexion à la fois sur la genèse du réformisme colonial, qui se décline de plusieurs manières ( « devoir de civilisation », «  politique indigène », progrès des indigènes, etc) et sur les parcours des acteurs et des réformateurs.

Quant aux Etats post-coloniaux, outre le rôle des acteurs, plusieurs directions peuvent être explorées. D’abord, l’étude de la réforme en tant qu’outil de modernisation ou d’adaptation de l’Etat « moderne » aux mutations internes et externes, et de réaffirmation de la souveraineté permet de mettre en évidence les facteurs qui favorisent ou, à l’inverse, qui freinent l’élaboration et la mise en œuvre des réformes, perçues comme un progrès, une innovation.

Ensuite, les ambitions modernisatrices des Etats issus des indépendances, qui s’appuient en apparence sur les grands principes universels, mais qui dénient leur application et manient la contrainte, nous intéressent particulièrement. La nature des liens variables et complexes qu’entretient l’Etat post-colonial avec divers groupes sociaux se trouve ainsi au cœur de la problématique. Quelle signification par exemple faut-il donner aux réformes dites de modernisation ainsi qu’à leurs finalités ? Comment ces transformations et ces manifestations sont-elles perçues et comprises par les différents groupes sociaux ? Comment comprendre les raisons des rejets et des refus qui sont parfois opposés aux Etats ? Quels sont les rapports entre réformes, citoyenneté, libertés et droits de l’homme ? La réponse à ces questions ne permet pas seulement de rendre compte d’une séquence de l’histoire des transformations sociales, économiques et culturelles et des rapports entre Etats et sociétés aux lendemains des indépendances mais aussi de mettre en perspective un autre versant. L’observation des trajectoires de certains Etats permet en effet de mettre en évidence des choix politiques et idéologiques, ouvrant la porte à une transformation à marche forcée des structures politiques, économiques et sociales. La réforme apparaît alors comme une stratégie qui vise à se prémunir des périls et à redéfinir ou à redessiner les contours d’une nouvelle politique d’encadrement et de contrôle de la société.

La réflexion conduite sur un espace très large et dans une perspective temporelle longue peut se décliner selon quatre axes principaux :

-Appropriations et usages de la réforme par divers acteurs : Etats, décideurs politiques et groupes sociaux

-Contextes, enjeux et finalités des politiques de réforme

-Les réformes : emprunts, expériences et limites

-Les réformes : conditions de réception et conséquences

 

 Deux journées d’études seront organisées en 2015 :

–       Centre d’histoire judiciaire – Université de Lille 2 / 28 mai  2015. Cette première journée sera consacrée aux réformes dans les colonies en période de régime autoritaire (fascisme italien, régime de Vichy, etc.)

–       Institut d’histoire du droit –Université de Poitiers / 26 novembre 2015

 

Un colloque (IHTP-CERMOM) et une journée d’études seront organisés à Paris et à Montpellier en 2016. Les dates de ces deux manifestations seront précisées ultérieurement.

 

Seuls les frais d’hébergement et de restauration seront pris en charge. Pour les frais de déplacement, nous vous invitons à prendre contact avec vos universités ou laboratoires respectifs.

 

Envoi des propositions de communication portant sur l’un des axes sous la forme d’un intitulé et d’un bref résumé (environ 500 signes) avant le 31 octobre 2014

pac.bonneville@vo.lu

s.mechat@free.fr

eric.gojosso@univ-poitiers.fr

florence.renucci@univ-lille2.fr/sandra.gerard@univ-lille2.fr

ericdemari@hotmail.com

PUBLICATION. « Les colonies. Approches juridiques et institutionnelles de la colonisation de la Rome antique à nos jours », Faculté de droit de Poitiers/LGDJ, 2014

Parution de « Les colonies. Approches juridiques et institutionnelles de la colonisation de la Rome antique à nos jours », Faculté de droit de Poitiers/LGDJ, 2014

Sous la direction d’Eric Gojosso, David Kremer et Arnaud Vergne

Pour accéder au résumé et à la table des matières: http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/145/files/2014/05/annonceLesColonies-1.pdf

PUBLICATION. “Décolonisations au XXe siècle”. Les hommes de la transition”, L’Harmattan, 2014

Parution des “Décolonisations au XXe siècle. Les hommes de la transition”, L’Harmattan, 2014

Parution d’un ouvrage sur les décolonisations et ses acteurs au XXe s. sous la direction de S. El-Mechat et F. Renucci qui reprend une journée d’études organisée sur le thème et concerne des champs géographiques et disciplinaires variés:

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=43039

Publication de l’ouvrage « Coloniser, pacifier, administrer », aux éditions du CNRS et émission sur RFI

L’ouvrage « Coloniser, pacifier, administrer », sous la direction de Samia El-Mechat vient de paraître aux éditions du CNRS. Une émission sur RFI lui sera consacrée le 4 février prochain de 11h à 12h. Pour accéder à la couverture de l’ouvrage, cliquez ici.

Colloque international « Les décolonisations au XXe siècle. Héritages, continuités, discontinuités et ruptures », 10-11 octobre 2013

      Colloque international

 

« Les décolonisations au XXe siècle. Héritages, continuités, discontinuités et ruptures »

 

10-11 octobre 2013

   IHTP –Paris

     Salle 159

 

Organisé conjointement par

 

 l’Institut d’histoire du temps présent

    (UPR 301 – CNRS)

                    le Centre de recherche Moyen-Orient Méditerranée

(INALCO- CERMOM EA 4091)

le Centre d’histoire judiciaire

(UMR 8025/CNRS-Lille2)

 et le Réseau de recherche interdisciplinaire

    « Colonisations et décolonisations « 

    Avec le soutien de l’AUF

 

 

Jeudi 10 octobre 2013

9h30 : Accueil des participants

Espaces, institutions, continuités et discontinuités  10h-12h30

Présidente : Florence RENUCCI (CHJ-Lille2)

– Regnault, Jean-Marc (Université de Polynésie française) : Forme et méforme de la présence française en  Océanie

– Touchelay, Marie (Université Paris XIII) : Décolonisation et départementalisation : le paradoxe de la loi du 19 mars 1946 en Guadeloupe

Débat et pause

-Babicz, Lionel (Université de Sydney- Australie) : Japon-Corée, France-Algérie. Réflexions comparatives sur deux décolonisations 

-El Mechat, Samia (Université de Nice Sophia /IHTP- CNRS) : Commonwealth, Union française et Communauté franco-africaine. Une approche comparée 

Débat

12h30 : Déjeuner

 Décolonisations, déconstructions et reconstructions   14h-17h30

Présidente : Annie DEPERCHIN (CHJ-Lille 2)

– Shoepfel, Anne-Sophie (Université de Heidelberg – Allemagne) : Le droit français dans l’espace indochinois. Rupture, transfert et continuité

– Foumena,  Gaetan Thierry (Université de Ngaoundéré) : Le droit administratif camerounais post-colonial en rupture avec le modèle français inspirateur

– Dramé, Patrick (Université de Sherbrook, Canada) : Le projet de décolonisation du Sénégal de Mamadou Dia. Distorsions, lignes de force et limites

Débat et pause

-Bonneville, Anne-Claire  (INALCO CERMOM/IHTP-CNRS) : La révolution de la politique extérieure égyptienne  1952-1956

– Alcaraz, Emmanuel (Université Paris XIII) : La construction de l’Etat sous Boumédienne : une forme sui generis

– Poilbout, Aurélien (Université P. Valery, Montpellier III) : L’évolution du système de défense en Afrique subsaharienne à l’heure de la décolonisation

-Débat

Vendredi 11 octobre 2013

 Culture, arts et urbanisme  9h30-12h30

Présidente : Anne-Claire BONNEVILLE ( INALCO-CERMOM/IHTP-CNRS)

– Manière, Laurent (SEDET- Université Paris Diderot- Paris VII) : L’enseignement supérieur africain à la recherche de son indépendance : entre assistance technique et désir d’africanisation 1950-1973

– Drugeon, Fanny (Musée national d’art moderne- Centre Pompidou) : Transferts culturels ou transferts coloniaux ? Art, formation et expositions en France après les décolonisations

-Débat et pause

– Pasquier, Aurélien (Lyon 3/IETT) : La destruction du bâtiment du gouverneur général et la difficile question de la présence japonaise en Corée du Sud

– Jelidi, Charlotte (IRMC-Tunis) : Des protectorats aux Etats-nations. Tradition et modernité architecturales et urbaines en Tunisie et au Maroc

Débat

12h 30 : déjeuner

Culture, arts et urbanisme 14h- 17h

Présidente : Samia El MECHAT ( UNS –IHTP/CNRS)

– Saïd Aïssa, Kahina (Université Mouloud Mammeri (Tizi-Ouzou) et Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme – Alger) : L’héritage architectural colonial du XIX-XX s. en Algérie entre continuité et rupture

– Belkhemsa, Belkacem (Université de Tizi-Ouzou) et Benazzouz Karima ( Université de Tizi-Ouzou) : L’influence des politiques urbaines françaises sur l’Algérie

– Boufassa, Sami (Université de Béjaia) : Les lieux de culte chrétiens et leurs destins après l’indépendance de l’Algérie

Débat et clôture du colloque

 

IHTP : 59/61 Rue Pouchet, Paris 17e

 

 

 

Appel à communications « Histoire du droit du travail dans les colonies françaises (1880-1960) »

CPER 10 LLSHS
Axe 1 – Atelier 1
Action « Histoire du droit du travail dans les colonies françaises (1880-1960) »
Agréée par la MSH Ange-Guépin

Appel à communications
Pour la journée d’étude du 14 novembre 2013
Responsable : Jean-Pierre Le Crom (DCS, CNRS, Université de Nantes)
Lieu de la journée d’étude : Université de Nantes

Cette journée d’études, point de départ d’une vaste recherche collective, a l’ambition de faire le point sur les études déjà menées ou en cours et de dresser des perspectives de développement d’une histoire du droit du travail dans les colonies, terme entendu ici dans son sens le plus large, incluant notamment les protectorats et les mandats, depuis les débuts de la Troisième République jusqu’aux indépendances.
Un sujet aussi vaste peut être abordé de multiples façons. La plus évidente est celle du contenu des règles, de leur diversité et de leur évolution. La situation est en effet très différente selon les colonies, notamment entre les DOM et les TOM. Dans les premiers (Algérie, Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion), la législation du travail est en théorie identique à celle de la métropole, mais, en réalité, l’analogie n’est pas aussi complète qu’on peut souvent le lire. L’adaptation des textes aux réalités locales est souvent partielle ou tardive.
Dans les seconds, l’évolution est très importante. Après avoir longtemps été laissée à l’arbitraire des gouverneurs, la réglementation du travail émane du pouvoir central après la Première Guerre mondiale, mais elle diffère selon les colonies ainsi que selon les travailleurs concernés. La distinction entre Européens et indigènes s’atténue toutefois à partir du Front populaire. Après la Seconde Guerre mondiale et à la suite des conférences de Brazzaville et Philadelphie, un code du travail indigène est promulgué en 1946, vite remplacé par un autre, en 1947. Il ne sera pas appliqué. La dernière étape est la promulgation en 1952 du Code du travail des territoires d’outre-mer, différent, sous de nombreux aspects, du code métropolitain. Il s’applique normalement à tous les travailleurs, qu’ils soient autochtones ou non.
Dans le cadre de cette évolution générale, plusieurs thèmes de recherche peuvent être identifiés : travail forcé, réglementation des contrats, droit des relations collectives (syndicats, négociation collective, représentation du personnel, conciliation et arbitrage des conflits), inspection du travail, juridictions du travail…
Une manière complémentaire d’embrasser le sujet consiste à interroger le rôle des acteurs dans les processus de création et de mise en oeuvre du droit du travail. Dans le contexte colonial, leur influence respective semble largement différente de ce qui prévaut en métropole. D’une part, le rôle des organisations internationales, principalement de l’OIT, apparaît primordial même si ses recommandations ne sont pas toujours entendues et si les conventions ne sont adoptées qu’avec retard. C’est particulièrement vrai en matière de travail forcé, mais l’OIT a agi également de manière différente en élaborant des conventions spécialement destinées aux territoires dépendants. D’autre part, les lobbys coloniaux, particulièrement patronaux, semblent avoir également joué un rôle actif de frein à l’évolution législative et réglementaire.
La répartition des compétences entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux mérite aussi d’être interrogée. Même si l’évolution montre un transfert progressif de la production des normes des seconds vers le premier, celui-ci semble toutefois partiel et assez différencié selon les colonies.
La différence essentielle tient sans doute au rôle des usages et des coutumes. En métropole, les usages, qui jouaient un rôle essentiel comme source du droit du travail au XIXe siècle, ont peu à peu disparu avec le développement de la législation du travail et de la négociation collective. Outre-mer, ils ont continué à jouer un rôle très important, non seulement parce qu’une grande partie des populations ultramarines échappe à la réglementation d’origine coloniale, mais aussi parce que celle-ci tient compte ou doit faire avec les coutumes locales. Toutes ces questions ne peuvent évidemment pas être traitées sans tenir compte des caractéristiques du rapport au travail des sociétés concernées. C’est pourquoi cet appel à communications est ouvert à l’ensemble des sciences humaines et sociales.
Les propositions de communication (2 500 signes, espaces compris) devront parvenir avant le 01 octobre 2013, au format .doc à : jean-pierre.le-crom@univ-nantes.fr

Journée d’études « Les minorités ethniques, linguistiques et/ou culturelles en situation coloniale et post-coloniale XVIIIe-XXIe siècles », 31 mai 2013

« Les minorités ethniques, linguistiques et/ou culturelles en situation coloniale et post-coloniale XVIIIe-XXIe siècles »

                                                            Journée d’études

Organisée conjointement par

Le Réseau de recherche interdisciplinaire  « Colonisations et Décolonisations »

L’Institut d’histoire du temps présent (UPR 301/IHTP-CNRS)

Et le Centre de recherche Moyen-Orient Méditerranée (INALCO-CERMOM EA 4091)

31 mai 2013 – IHTP /Paris

9h30 : Accueil des participants

9h45 : Accueil Anne-Claire de Gayffier-Bonneville (INALCO-CERMOM-IHTP)

Introduction : Samia el-Méchat (Université Nice Sophia-Antipolis – IHTP) : « Les minorités ethniques, une approche conceptuelle »

1. La gestion des minorités par l’Etat

Présidente de séance : Anne-Claire de Gayffier-Bonneville (INALCO-CERMOM-IHTP)

10h15-10h45 : Jérôme Louis (Institut Napoléon – Université Paris-Sorbonne), « La question de la minorité indienne des Mapuches et des Ranquels au XIX°s »

10h45-11H15 : Jordi Tejel Gorgas (Institut des hautes études internationales et du développement – Genève), « ‘Frères ‘ et ‘ennemis’ : les paradoxes des modes de gestion de la minorité kurde en Irak 1920-1991 »

Pause

11h30-12h : Adrien Blazy (Université Toulouse I Capitole), « L’organisation administrative et judiciaire des minorités «’moïs’ en Indochine, une construction paradoxale »

12h-12h30 : Philippe Gout (Université Paris II- Panthéon-Assas) « Les droits collectifs des minorités et la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples dans le Soudan post-indépendance »

12h30-13h Discussion

2. Les minorités dans leur rapport à la nation et à l’Etat

Président de séance : Eric Gojosso (Université de Poitiers – IHD)

14h30-15h : Didier Monciaud (GREMAMO Paris VII), « Etre Juif d’Egypte et/ou devenir Juif d’Egypte ? La radicalisation de jeunes éduqués cosmopolites juifs dans l’Egypte des années 1930 et 1940 »

15h-15h30 : Philippe Droz-Vincent (IEP Toulouse), « Les Kurdes entre aspiration à une construction nationale et contraintes régionales »

Pause

15h45-16h15 : Mbark Wanaïm (Institut Royal de la Culture Amazighe – Rabat), « Construction et reconstruction identitaire au Maroc contemporain »

16h15-16h45 : Marc-Antoine Pérouse de Montclos (Centre Population et Développement – Paris), « Guerre, victimisation, aide humanitaire et déplacements forcés de population : la construction identitaire des minorités dans le Sud du Soudan »

16h45-17h15 Discussion

Institut d’histoire du temps présent

Salle 159

1e étage / Site Pouchet

59-61 rue Pouchet

75017 Paris

 

 

 

Appel à communication « Les décolonisations au XX siècle. Héritages, continuités, discontinuités et ruptures »

Institut d’histoire du temps présent UPR 301-CNRS

Centre d’histoire judiciaire UMR 8025- CNRS-Lille 2

Réseau de recherche interdisciplinaire sur « les colonisations et décolonisations » (RICODE)

 

Colloque international

« Les décolonisations au XX siècle. Héritages, continuités, discontinuités et ruptures »

octobre 2013

  IHTP –Paris

Appel à communications

L’Institut d’histoire du temps présent, le Centre d’histoire judiciaire et le réseau de recherche interdisciplinaire sur « les colonisations et décolonisations » organisent un colloque international sur le thème :

« Les décolonisations au XX siècle. Héritages, continuités, discontinuités et ruptures » 

Vous trouverez ci-joint une présentation des axes du colloque. Si le sujet vous intéresse, nous vous prions de bien vouloir nous adresser avant le 28 février 2013 une proposition de communication sous la forme d’un intitulé et d’un bref résumé (environ 500 signes).

Les frais d’hébergement et de restauration seront pris en charge. Pour les frais de déplacement, nous vous invitons à prendre contact avec vos universités ou laboratoires respectifs.

pac.bonneville@vo.lu

s.mechat@free.fr

florence.renucci@univ-lille2.fr

Présentation du colloque

Après avoir consacré la journée d’études du 25 mars 2011 (CHJ-Lille 2), les séminaires du 30 mars 2012 (IHTP) et du 31 mai 2012 (CHJ-Lille 2) au thème des « Hommes de la transition. Itinéraires, actions et traces », le colloque sur « les décolonisations au XX siècle. Héritages, continuités, discontinuités et ruptures »  a pour objectif de poursuivre le débat et de porter une attention particulière aux orientations définies dans la première présentation d’ensemble du projet de recherche.

La recherche historique s’est surtout intéressée depuis de nombreuses années aux formes de la contestation nationale et aux luttes pour les indépendances. Pourtant, le véritable enjeu du processus de décolonisation- la conquête ou la reconquête de la souveraineté- dépasse le seul avènement de l’indépendance. Le colloque a ainsi pour ambition d’élargir le champ de la réflexion en élucidant les interactions entre les anciennes puissances tutélaires et la formation, au lendemain des indépendances, des Etats « modernes » en Méditerranée, en Afrique et en Asie. L’objectif du colloque est aussi de mettre en perspective, dans une démarche comparative, les contradictions et les principales caractéristiques des dynamiques mises en œuvre dans chaque camp. Dans cette perspective, les organisatrices du colloque privilégient trois axes de réflexion :

Le premier axe consiste à s’interroger sur les ambiguïtés des anciennes puissances coloniales européennes qui veulent maintenir leur influence. Aux anciennes politiques coloniales de domination, d’assujettissement et parfois aux tentatives d’assimilation, les colonisateurs tentent de substituer un schéma combinant l’indépendance avec la constitution de zones d’influence politique, stratégique, économique ou culturelle. Il s’agit de limiter les effets du changement liés à la transmission du pouvoir, et de conserver une « place particulière » qui est fondée sur des relations d’un nouveau type. La fin du lien de subordination ne signifie donc pas une rupture. Dans la discontinuité politique et historique que la décolonisation représente, il s’agit d’aménager une continuité relationnelle pouvant prendre la forme de vastes constructions institutionnelles. Poussée jusqu’à son terme, cette volonté trouve ses prolongements avec la création du Commonwealth (espace politique à dominante économique), de la Communauté voulue par le général De Gaulle à la fondation de la Ve République (espace politique et juridique) et de la Francophonie (espace linguistique et culturel). L’étude de cette continuité relationnelle sous la forme de zones d’influence ou d’institutions et de ses enjeux ; celle de la perception souvent décalée de la décolonisation par les anciennes puissances coloniales européennes et de ses conséquences sur les évolutions intérieures des sociétés, qu’elles soient européennes ou anciennement colonisées, retiendront l’attention.

Le deuxième axe souhaite analyser la manière dont les héritages coloniaux ou les transferts opérés par le colonisateur ont été assumés et gérés par les Etats indépendants. On sait que les Etats nouveaux ont adopté une démarche volontariste visant à de profondes transformations sociales, économiques et culturelles. L’insistance est mise sur la construction, souvent à marche forcée, d’un Etat moderne ayant des traits identiques ou similaires à ceux des anciennes puissances tutélaires. Cet axe s’efforcera de comprendre la fascination que les anciennes puissances continuent d’exercer sur les nouveaux Etats, s’accompagnant parfois d’un troublant mimétisme sur les plans politique, institutionnel, juridique, idéologique, économique et culturel. Sur ce dernier point par exemple, il s’agit de comprendre comment et pourquoi la connaissance de la langue de l’ancien colonisateur a contribué à créer une élite politique et culturelle et introduit ainsi de nouveaux clivages sociaux (Maghreb, Afrique subsaharienne…). Ce deuxième axe concerne également l’étude des situations où les nouveaux pouvoirs ont tenté de concilier la tradition ou les coutumes et les héritages coloniaux. Le droit du travail notamment en Afrique subsaharienne offre de multiples exemples qui invitent à la réflexion.

Le troisième axe permettra de prendre la mesure du degré de rupture des anciens territoires coloniaux avec la métropole.  Il examinera les formes empruntées pour le rejet des « séquelles du colonialisme » à travers des symboles représentatifs de la « présence coloniale », qu’il s’agisse des institutions, de l’usage de la langue de l’ancien colonisateur notamment dans l’administration, de l’éducation, de l’urbanisme et de l’architecture ou des moyens de transport dans les grandes villes, comme le tramway. Cet axe permettra de mettre en perspective les modalités d’action et les moyens de toute nature qui ont été mis en œuvre par les nouveaux Etats, qu’ils soient politiques, économiques ou culturels.

Comité scientifique : A.C. Bonneville (INALCO/IHTP), Annie Deperchin (CHJ-Lille2), S. El Mechat (UNS/IHTP), D. Lefeuvre (Paris-VIII), F. Lekeal (CHJ-Lille2), F. Renucci (CHJ-CNRS)

Projet de journée d’études et de colloque « Les minorités en situations coloniale et post-coloniale- XVIIIe- XXIe siècles »

Projet de journée d’études et de colloque

« Les minorités en situations coloniale et post-coloniale-

XVIIIe- XXIe siècles »

2013-2014

 Appel à communications

Le Réseau interdisciplinaire « Colonisations et décolonisations » (RICODE) et les  laboratoires partenaires  organisent une journée d’études le 31 mai 2013 à l’Institut d’histoire du temps présent (Paris) et un colloque en 2014 (la date sera précisée ultérieurement) à la faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers sur le thème :

Les minorités ethniques, linguistiques et/ou culturelles en situations coloniale et post-coloniale – XVIII-XXI siècles

Vous trouverez ci-joint une présentation des axes et des objectifs de la journée d’études et du colloque. Si le sujet vous intéresse, nous vous prions de bien vouloir adresser,

avant le 30 octobre 2012 pour la journée d’études,

avant le 31 janvier 2013 pour le colloque

une proposition de communication sous la forme d’un intitulé et d’un bref résumé.

pac.bonneville@vo.lu

s.mechat@free.fr

eric.gojosso@univ.poitiers.fr

florence.renucci@univ-lille2.fr

Les frais d’hébergement et de restauration seront pris en charge. Pour les frais de déplacement, nous vous invitons à prendre contact avec vos universités ou laboratoires respectifs.

Présentation générale des axes du projet

Le débat sur la question des minorités religieuses, ethniques, linguistiques ou culturelles ne survient pas dans un contexte historique anodin. Au moment où les Etats et les nations voient leurs contours historiques et idéologiques ébranlés par un mouvement de globalisation des échanges qui n’a pas connu de précédent dans l’histoire de l’humanité, cette question se pose avec une acuité particulière. Tout se passe comme si, bien loin de gommer les spécificités ethniques, religieuses, culturelles, linguistiques, le processus de mondialisation exacerbait les particularismes en fournissant aux revendications identitaires un terreau favorable à leur développement. Déjà, la construction des Etats-Nations s’était heurtée à l’existence des particularismes linguistiques et culturels, tout particulièrement lorsqu’ils disposaient d’un socle institutionnel solide leur conférant une certaine autonomie. Il a fallu souvent composer avec cette diversité, tantôt dans une démarche fédératrice en la reconnaissant comme un élément d’un ensemble à construire, tantôt en tentant de la réduire pour la fondre dans un cadre national. Mais, même dans le cas français d’un modèle républicain fondé sur l’intégration, la construction de l’Etat-Nation n’est pas parvenue à fusionner totalement les identités régionales ou provinciales dans un creuset national comme le montre la permanence des revendications identitaires qui s’expriment, par exemple, dans un régionalisme à vocation autonomiste, voire dans des nouvelles formes de communautarisme. Certes, la globalisation estompe les frontières en accroissant sans cesse le volume des échanges marchands et non-marchands dans un espace-monde. Mais elle fonctionne aussi comme une machine à niveler les différences, à réduire la diversité, à gommer les spécificités culturelles. Même si ces risques, pourtant bien réels, ne sont pas toujours perçus ou identifiés, force est de constater que le processus de mondialisation rencontre de nombreuses résistances dès qu’il est confronté aux facteurs historiques de socialisation entre les individus et les groupes qu’ils constituent.

Le statut des minorités, la place que la société leur assigne, et plus largement, le traitement de ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler la question de « la diversité » animent nombre de débats et de controverses qui sont autant d’ordre scientifique que politique. En témoignent les nombreux articles, ouvrages et colloques qui ont été récemment consacrés à ce thème auxquels il faut associer de multiples travaux d’experts, de rapports officiels, voire de « politiques-cadres » qui ont été publiés par les Etats ou les organisations intergouvernementales. Sont ainsi mis en exergue les liens entre la question des minorités, et, plus largement celle des « diversités », les politiques nationales et les recommandations des institutions internationales, le statut des minorités et leur prise en charge par l’appareil normatif, l’incidence des minorités sur le fonctionnement de l’Etat et les relations régionales voire internationales que celui-ci entretient.

Nombre d’études d’historiens, d’historiens du droit, de juristes, de sociologues, de philosophes, d’anthropologues, de politistes et de géographes ont été consacrées à la question des minorités. Au fil de ces travaux, beaucoup d’observations utiles ont déjà été faites, la notion de minorité a été explorée et des théories explicatives ont même parfois été proposées. Mais les travaux sur le temps long, incluant à la fois les périodes coloniales et post-coloniales, sont encore rares. Or, l’évolution des minorités durant ces séquences historiques mérite d’être spécifiquement envisagée. Le « Réseau de recherche  interdisciplinaire colonisations et décolonisations » se propose de consacrer une journée d’études suivi d’un colloque international pour initier une réflexion sous cet angle. Souhaitant intégrer les apports des différents travaux antérieurs, la journée d’études et le colloque se donnent pour objectif de dégager les continuités ou les discontinuités, les symétries et les dissymétries, d’une époque à une autre, d’un pays à un autre.  Le champ de la réflexion privilégiera les minorités ethniques, linguistiques ou culturelles dans une démarche interdisciplinaire et comparative. Si les minorités religieuses ne sont pas au centre du projet, elles n’en sont pas pour autant absentes puisque souvent, elles recoupent, voire se confondent avec les minorités ethniques ou linguistiques.

La journée d’études et le colloque attacheront une importance particulière à l’étude du rôle des puissances coloniales européennes et des empires (ottoman, russe…) dans « la fabrication des minorités » ou des clientèles, et des usages politiques des nouveaux Etats, soucieux de « cohésion nationale ». Ils s’efforceront de réfléchir aux implications de ces pratiques ou de ces stratégies sur les évolutions sociales et politiques des minorités. L’étude des interférences de la question ethnique dans le jeu politique et dans le déclenchement de crises et de violences (Côte d’Ivoire, Rwanda, Burundi, les Kurdes…) serait à cet égard éclairante. De même, la mise en perspective des exemples d’échanges, de coexistence ou au contraire de résistance, de protestation et de revendications politiques, sociales, voire territoriales des minorités, de clivages ou de conflits au sein des sociétés multiethniques ou multiculturelles, de tentatives d’émancipation face à des pouvoirs coercitifs, mais aussi de compromis se justifie tout particulièrement. Elle permettrait de comprendre la complexité des stratégies mises en œuvre, les modes de gestion des questions ethniques et/ou linguistiques par les Etats en fonction de leurs intérêts ou orientations. Cette approche incite également à l’étude des modes de fonctionnement et d’organisation des minorités, de la perception des pouvoirs publics à travers le refus ou l’acceptation notamment de leurs statuts, de leur place dans les espaces nationaux, qu’ils prennent la forme d’une « nation intégrée » ou d’une nation segmentée selon des critères ethniques et/ ou linguistiques.

La réflexion sur les minorités ethniques et/ou linguistiques ou culturelles, conduite sur un espace très large (Amérique du Nord et du Sud, Afrique, Asie, Méditerranée…) peut se décliner selon quatre axes principaux :

– Regards interdisciplinaires sur les minorités : retour sur les définitions proposées et réflexion conceptuelle d’ensemble (minorités, ethnies…) ;

– Législation, réglementation, politiques publiques et minorités : stratégies politiques, législatives et administratives, statuts des minorités et pratiques étatiques (reconnaissance, protection, discrimination, citoyenneté, représentation politique, justice, santé, administration, enseignement, langues, encadrement, contrôle et répression des minorités….)

– Les minorités dans leur rapport à la nation et à l’Etat : coexistence et compromis ou revendications et contestations

– Espaces coloniaux, nationaux et minorités : jeux politiques, enjeux, instrumentalisation et conflits

Comité scientifique : D. Avon (DCIE- Université du Maine), A. C. Bonneville (INALCO-IHTP), C. Chanson-Jabeur (SEDET- Paris 7), S. El Mechat (UNS-IHTP), E. Gasparini (CERHIIP-Université Aix-Marseille), E. Gojosso (IHD- Université de Poitiers), F. Laurent (DCIE), E. de Mari (Dynamiques du droit- Université de Montpellier 1), F. Renucci (CNRS-Université Lille 2).

Compte-rendu du Colloque « Les administrations coloniales et la « pacification » XIX-XX siècles » 23-24 mars 2012/ Les Invalides et Ecole Militaire IHTP-IRSEM-ISAD

Compte-rendu du Colloque

« Les administrations coloniales et la  « pacification » XIX-XX siècles »

23-24 mars 2012/ Les Invalides et Ecole Militaire

IHTP-IRSEM-ISAD

En prenant comme axe central les administrations coloniales et les rapports qu’elles entretiennent avec la pacification, le colloque international, qui a réuni 27 intervenants, a souhaité renouveler la réflexion et l’analyse. Les différentes contributions ont montré la richesse et la fécondité du thème qui n’a pas qu’un intérêt rétrospectif. Les évolutions des situations en Irak et en Afghanistan ont relancé le débat sur la notion de « contre insurrection » et sur la pertinence ou l’inadéquation des modèles de « pacification » utilisés à l’époque coloniale.

Cette présentation place d’ailleurs au centre de l’analyse la « pacification » et ses évolutions de la période coloniale à aujourd’hui.

La « pacification » : significations et usages

Dans toute forme de colonisation, les sources de tension et de conflit sont multiples. On observe en effet des refus de soumission, et des soulèvements contre les autorités coloniales. Aussitôt la « pacification » devient un instrument essentiel pour réduire ces antagonismes. Elle est au fondement de l’ordre colonial et de la puissance impériale, il ne peut y avoir de colonisation sans pacification. C’est elle qui permet de briser les résistances qui entravent le contrôle du territoire, de contribuer à la sécurité et, en définitive, de faire acquiescer les peuples soumis à leur assujettissement. C’est toujours elle qui permet à l’administration d’organiser des espaces socio- géographiques, selon des règles définies par et pour la métropole, d’imposer une domination et de fonder la colonisation sur des bases que l’on croit solides et durables.

L’importance de la pacification explique sans doute la profusion tout au long des XIX et XX siècles d’ouvrages sur la théorie et les méthodes de la pacification. Des penseurs comme Tocqueville, Desjobert, ou John Stuart Mill ; des stratèges de la « pacification » comme Bugeaud, Gallieni, Lyautey, tous estiment nécessaire le recours à la force armée et mettent en avant les objectifs de la « pacification ». Il s’agit de développer la colonisation, de consolider la domination coloniale, mais aussi de civiliser et donc d’administrer pour le « bien » de l’indigène.

Que recouvre le concept de « pacification » ? Dans une première acception, la pacification, qui implique l’idée d’un mouvement continu, se définit comme une action de rétablissement de l’ordre. Pacifier, ce peut être réprimer, réduire par la force armée ou au moyen d’opérations de police toutes résistances rencontrées pour assurer l’unité de commandement et de direction ainsi que la paix civile. Pour que l’effet soit immédiat, ce type de pacification implique le recours à la violence pouvant aller jusqu’à la terreur. Cette « pacification » se veut aussi dissuasive. Il s’agit non seulement de rétablir l’ordre, mais d’enlever à l’indigène les raisons de se révolter. La reconquête militaire du terrain, la reprise en main des populations et la destruction de tous les foyers insurrectionnels constituent dès lors les trois objectifs prioritaires de la « pacification ».

Dans une seconde acception, la pacification renvoie à l’idée d’apaisement, de conciliation, et de paix. Les ouvrages des théoriciens de la pacification, comme Gallieni, Lyautey, Angoulvant, ou des « techniciens de la colonisation » inventorient ainsi les différentes tâches du pacificateur : ramener l’ordre, prévenir le désordre et réparer. L’accent est désormais mis sur le dernier terme de la trilogie : la réparation… La « conquête des coeurs et des esprits » devient ainsi l’objectif de la pacification et de l’administration.

L’administration coloniale gouverne et domine, mais elle affiche en même temps son souci d’œuvrer pour le « bien » de la population indigène. Voulant consolider les acquis de la pacification tels qu’ils résultent de l’action militaire, le pouvoir colonial s’appuie à la fois sur le « maintien de l’ordre » et le « devoir de civilisation ». La pacification apparaît ainsi comme un processus complexe, mêlant et juxtaposant le militaire, au politique et à l’administratif, ces facteurs se combinant pour constituer autant de variables selon les situations rencontrées. Mais derrière ces variantes, la constante est toujours la même :  pacifier, c’est installer le gouvernement des êtres et des choses avec l’objectif de contrôler et de dominer. Tout doit être fait pour convaincre les indigènes que la puissance coloniale domine et ce pour longtemps.

Selon une formule de Lyautey, l’administration coloniale doit «  montrer sa force pour ne pas avoir à s’en servir ». On retrouve la même idée dans la pensée de Gallieni, qui analyse le processus de pacification comme une « tache d’huile ». Selon lui, c’est par « l’action combinée de la force et de la politique » que la pacification peut atteindre ses objectifs. Dans ses Principes de pacification et d’organisation du Tonkin, il souligne l’importance des rapports que la puissance coloniale établit avec les « indigènes ». C’est pour lui un élément clef de la réussite. Or, l’administration, instance d’exécution du pouvoir d’Etat, est l’intermédiaire obligé entre l’Etat, la loi, et le colonisé au contact duquel elle remplit ses fonctions, que celles-ci soient d’ordre régalien ou de nature tutélaires, voire « civilisatrices ». L’administration est au cœur de ce que Gallieni appelle « la pacification coloniale » car son ancrage territorial lui donne la capacité de construire un rapport de domination qui ne soit pas exclusivement fondé sur le recours à la force. La stratégie qu’il prône consiste à user en même temps de la force et du compromis, du moins tant que le compromis n’est pas contraire aux intérêts fondamentaux de la colonisation. Ainsi, la politique de pacification suppose le concours simultané du militaire et du politique.

En réalité, la pacification n’aura guère fonctionné comme une modalité alternative à l’emploi de la force. D’une part, le recours à la force armée pour réprimer et intimider reste constant, d’autre part les politiques de pacification elles-mêmes sont présentées comme des moyens de consolider les bénéfices de la conquête et de développer la colonisation. Doté de la force publique et secondé par des appareils administratif et judiciaire efficaces, le pouvoir colonial ne cesse de s’appuyer sur une gamme étendue de moyens coercitifs et répressifs. L’aveuglement l’aura ainsi bien souvent emporté jusqu’au bout. L’irrépressible aspiration à l’égalité et à la dignité viendra à bout de cette obstination, provoquant l’effondrement de l’édifice colonial.

Dès lors, l’échec de la pacification est patent. Les politiques de pacification n’auront guère été qu’une modalité d’expression d’un même désir de puissance. Dans ces conditions, l’entreprise de « reconquête morale des âmes » ne pouvait donner au processus colonial la légitimité qui lui faisait, dès la conquête, défaut, ni davantage parvenir à l’inscrire dans la durée.

De la petite guerre au conflit asymétrique

« Se servir de la guerre contre une révolte est un procédé aussi malpropre et aussi long que de manger sa soupe avec un couteau ». Cette citation classique de l’auteur des Sept Piliers de la Sagesse nous conduit à penser qu’il n’y a guère de différence dans la manière de conduire les hostilités entre les protagonistes de la Révolte arabe et entre les acteurs du surge en Irak ou en Afghanistan. Guerre du peuple, petite guerre, guérilla, guerre révolutionnaire, conflit de faible intensité, conflit asymétrique. La multiplicité des appellations qui décrivent des situations fort similaires n’est pas anodine et révèle en fait les difficultés permanentes des armées occidentales lorsqu’elles sont confrontées à des armées irrégulières.

Toutes ces guerres ont en effet des caractéristiques communes. L’absence de front est tout d’abord la conséquence de l’évanescence de la frontière séparant la paix de la guerre et de la dilution de la distinction entre combattants et non-combattants. En second lieu, le centre de gravité de ces guerres s’est déplacé vers les populations devenues le bouclier et l’otage des combattants et l’enjeu de ces conflits. Face à des situations inextricables que l’on ne parvient plus à caractériser (la question récurrente de savoir si le cadre clausewitzien est toujours adapté), la contre insurrection est alors confrontée à un dilemme insoluble parfaitement résumé par Mao Zedong qui écrivait que : « la certitude du succès des États forts les pousse à l’escalade pour atteindre les objectifs au risque de se couper des populations ou alors, à paraître incompétents ». Un piège très classique se referme sur les armées occidentales formatées pour les conflits interétatiques et dont l’objectif ultime était en fait de garantir le non-recours à la force

Le long processus qui, depuis Clausewitz, a en effet conduit à encadrer l’usage de la violence est à l’origine de cette difficulté. Désireuses d’éradiquer « le fléau de la guerre », les « nations civilisées », qui ont été à l’origine de la Charte des Nations unies, ont eu recours à deux instruments dialectiques. La délégalisation de la force a tout d’abord été obtenue par la légitimation de la violence. Le monopole weberien de la violence légitime a ainsi été conçu comme le moyen de pacifier une société civile naturellement belliqueuse et de soumettre à la seule rationalité politique l’antagonisme des États. Dans une seconde étape, l’anarchie internationale a été tempérée par le refoulement de la guerre juste comme le décrivait déjà Carl Schmitt en 1950 dans Der Nomos der Erde : « Le droit des gens interétatique est parvenu au XVIII° et au XIX° siècles à gérer et contenir la guerre. L’adversaire fut reconnu justus hostis et fut distingué du rebelle, du criminel et du pirate. La guerre perdit son caractère pénal et ses tendances punitives dans la mesure où la discrimination entre partis justes et injustes cessa ».

 La contestation du monopole de la violence légitime étatique par des insurgés en armes et le retour de la Juste Cause pour lutter contre des « terroristes », des « criminels », des « pirates » ou des dictateurs perturbent ainsi profondément les règles du jus in bello sur lesquelles reposait l’organisation des armées occidentales.

Dès lors, la mise en perspective historique des expériences coloniales en matière de pacification peut aider à mieux formaliser les techniques contemporaines de la contre insurrection. Mises en œuvre par les armées occidentales, engagées dans des opérations extérieures, elles visent comme au temps de la colonisation des objectifs contradictoires et apparemment inconciliables : rétablir et maintenir l’ordre, contrôler la population, prévenir le désordre et … réparer.

 Samia  El Mechat, Professeur à l’Université de Nice Sophia

Institut d’histoire du temps présent -CNRS

Jean-Jacques Roche – Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2)

Directeur de l’Institut Supérieur de l’Armement et de la Défense (ISAD)