Appel à communications

Appel à communications

Colloque international

————–

Organisé conjointement par 

le Réseau de recherche interdisciplinaire Colonisations et Décolonisations RICODE

le Centre de Recherches Moyen-Orient Méditerranée (INALCO-CERMOM EA 4091)

l’Institut d’Histoire du Droit (IHD Poitiers – EA 3320)

l’Académie des Sciences d’outre-mer (ASOM)

les 5 et 6 décembre 2019

à l’Académie des sciences d’outre-mer

15 rue La Pérouse- 75116 Paris

Présentation et axes du projet :

Le thème du colloque « Etat de guerre, Etats en guerre » et l’évolution des conflits armés dans le monde du XXe au XXIe siècle nous projettent d’emblée dans deux directions : l’approche « classique » de la guerre comme outil du pouvoir politique et ses implications ; l’apparition de nouvelles formes de conflictualité et le changement dans la nature des victimes. 

Les guerres ont longtemps été considérées comme la principale source de violence sur la scène mondiale. L’Etat se présentant comme l’acteur central des relations internationales, la sécurité mondiale s’est souvent confondue avec la sécurité des Etats. Les conflits de l’histoire contemporaine qui ont forgé notre représentation de la guerre – guerres mondiales, guerres interétatiques, guerres coloniales, etc – se sont souvent soldés par une victoire, débouchant d’une part sur des traités de paix qui ont reconfiguré les rapports de force, et d’autre part sur la fin des empires coloniaux. Dans ces conditions, ce sont le lien entre le politique et le militaire, ainsi que la conduite de la guerre et ses implications sociales, politiques et territoriales qui dominent.  

Selon Clausewitz, le lien entre le politique et le militaire constitue la pierre angulaire de toute stratégie de guerre. Souvent mais pas toujours, la dimension politique englobe la dimension militaire, dans la mesure où c’est le chef politique qui décide ou pas du recours à la guerre. La guerre se trouve alors à la charnière du politique, du militaire et de l’idéologique. Dans ces conditions, quelle est la liberté de décision et d’action du politique et du stratège ? Quelle place faudrait-il donner aux questions de droit et d’éthique ? Quelles sont les finalités et les conséquences sur l’évolution des sociétés et les rapports entre Etats ?  La guerre étant pensée comme un outil au service du politique, la réponse à ces questionnements permettra d’étudier la préparation et la conduite de la guerre, d’éclairer la décision et les choix politiques. Mais elle ouvre aussi d’autres perspectives. 

Dans la vision de Clausewitz, la guerre apparaît moins comme un outil militaire au service du politique que l’une des formes violentes de l’interaction sociale et politique. La guerre ne se réduit donc pas aux opérations armées, ni même aux choix politiques qui président à son usage. Elle implique l’étude des sociétés tout entières dans la mesure où la guerre façonne et pèse sur la société, dont l’adhésion ou le refus des choix politiques et stratégiques peut déterminer l’issue des combats. La guerre est un prisme par lequel on peut mieux comprendre l’évolution des sociétés – à travers notamment l’analyse des contraintes qu’elles subissent, des accommodements qu’elles élaborent et de la perception qu’elles ont des enjeux – et les choix politiques qui déterminent la vie d’un Etat ou d’une nation. Le temps de sortie de guerre est aussi intéressant à prendre en compte pour voir comment l’Etat se retire du conflit, comment est mis fin à la situation d’exception que constitue la guerre et comment et avec quelle perspective populations et combattants appréhendent la transition. 

Cependant, depuis la fin du XXe siècle, loin de disparaître, les affrontements entre armées régulières, toujours d’actualité, se révèlent moins nombreux. Certes, l’éventualité de la guerre n’est pas à exclure, « l’intérêt national » peut toujours être à l’origine du déclenchement des hostilités, mais les Etats ne sont plus les protagonistes exclusifs des guerres tandis que les conflits armés ont changé de forme. A côté de ces guerres entre Etats, la scène internationale a vu se multiplier, depuis l’effondrement de l’Union soviétique, les interventions militaires dans le cadre ou non de l’ONU, les guerres asymétriques, les opérations de contre-insurrection, les frappes aériennes « ciblées », l’usage des drones armés, le recours aux unités spéciales pour des opérations ponctuelles, l’assistance à un pays tiers, le terrorisme et enfin, les guerres internes aux Etats. 

La multiplicité des acteurs étatiques ou non-étatiques (groupes djihadistes transnationaux, guérillas, narcotrafiquants, etc.), des modes d’action ou de combat, des sources de conflit (prolifération nucléaire, régimes dictatoriaux, narcotrafics etc.) ont bouleversé les grilles de lecture traditionnelles. L’exemple des récentes guerres d’Afghanistan et d’Irak montre que le lien entre l’outil militaire et la finalité politique n’est plus établi. La victoire militaire des coalitions occidentales ne s’est pas transformée en succès politique.  

Cette réalité ainsi que la pluralité des situations de guerre incitent au renouvellement de la réflexion sur les zones de conflit et le sens donné au concept de guerre. Il apparaît ainsi difficile de caractériser les interventions armées d’un Etat. Celui-ci est-il en guerre ou en état de guerre ? L’exemple du Mali est de ce point de vue intéressant. La France, perçue comme un Etat en paix, intervient dans le cadre de l’opération « Barkhane », mais seul le Mali est en état de guerre ou en situation de conflit armé. Pourtant, l’Etat français, frappé sur son propre territoire par le terrorisme islamiste, se déclare « en guerre » contre les groupes djihadistes, comme l’Organisation Etat islamique. Il est intéressant de s’interroger sur la manière dont l’Etat fait face à la situation de conflit, qu’il en soit l’auteur ou qu’il la subisse, en élaborant par exemple des outils juridiques nouveaux. La nature de l’ennemi est également problématique. L’Etat en guerre est-il face à un combattant ou à un civil terroriste ? Ces questions ainsi que les tendances à la privatisation par le recours de plus en plus fréquent aux sociétés militaires privées ou aux poursuites pénales contre les soldats ou les terroristes, qui sont au cœur du thème du colloque, restent encore peu analysées. 

L’évolution des conflits et des formes de violence politique dans le monde s’est également traduite par un changement dans la nature des victimes. Alors qu’au début du XX siècle, les militaires représentaient la majorité des victimes des guerres, 5% seulement d’entre elles étant des civils, aujourd’hui, le rapport s’est inversé avec 90% de victimes civiles dans les conflits. Avec leur lot de déplacés et de réfugiés, notamment de femmes et d’enfants, les violences politiques contemporaines et en particulier les violences infra-étatiques, ont placé les individus au centre des enjeux sécuritaires. 

Dans la droite ligne des perspectives ouvertes par le Dictionnaire de la guerre et de la paix(PUF, 2017), le colloque sur « Etat de guerre, Etats en guerre XXe-XXIe s. », s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire pour mieux saisir la complexité des situations de conflit armé dans des espaces variés et renouveler la réflexion sur ce thème. 

Nous proposons les axes suivants

-Le politique et la guerre (outil de pouvoir, finalités, paix, défaite, évolutions des sociétés, reconfiguration géopolitique…) ;

-La guerre dans tous ses états (guerre interétatique, asymétrique, infra ou intra-étatiques, luttes contre les tendances « séparatistes », blocus, etc.)

-Les nouveaux modes et techniques de guerre (privatisation, judiciarisation, drones…)

-Les nouveaux défis et leurs incidences sur l’environnement social et politique (terrorisme, décomposition des Etats, perte de légitimité des autorités politiques, question des réfugiés, crise humanitaire, populisme en Europe, pays frontaliers…)  

Les propositionsde communication sont à adresser sous la forme d’un intitulé et d’un bref résumé (environ 500 signes) avant le 31 mars 2019 au comité scientifique :

-s.mechat@free.fr

-eric.gojosso@univ-poitiers.fr

-anne-claire.bonneville@inalco.fr

-redacchef@academiedoutremer.fr (Madame D. Fagot)

Seuls les frais d’hébergement et de restaurationseront pris en charge. Pour les frais de déplacement, nous vous invitons à prendre contact avec vos universités ou laboratoires respectifs. 

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

CONFERENCE. La mobilité religieuse à l’époque coloniale : l’exemple du pèlerinage à La Mecque

Conférence (entré libre)
Vendredi 28 février 2018
17h00

Luc Chantre

Docteur en Histoire

Université de Poitiers

 

Amphithéâtre Rousseau
Faculté de Droit
43, place Charles de Gaulle
86 000 Poitiers

Affiche CHANTRE

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

PUBLICATION. Droit de l’homme et colonies. De la mission de civilisation au droit à l’autodétermination

Alexandre Deroche

Eric Gasparini

Martial Mathieu

ISBN:
9782731410600
Aix-en-Provence, PUAM, 2017 (516p).
Ce volume retranscrit les actes du colloque international Droits de l’Homme et colonies organisé en deux sessions, la première à Grenoble en 2013 et la seconde à Aix-en-Provence en 2014.
Le projet qui a associé les historiens du droit de l’université de Grenoble Alpes et ceux d’Aix-Marseille Université avait pour ambition d’étudier la thématique des droits de l’homme en contexte colonial, se fondant sur l’intérêt politique très fort suscité par le renouveau de l’histoire et de la mémoire coloniales ces dernières années.
Il s’agissait de promouvoir une approche scientifique réunissant des spécialistes de l’histoire coloniale provenant d’horizons disciplinaires, historiographiques et géographiques variés.
L’ouvrage, résolument interdisciplinaire et international, permet un éclairage nouveau du couple controversé « droits de l’homme et colonies ».

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

CONFERENCE. L’octroi de la nationalité et de la citoyenneté françaises dans les colonies : aspects théoriques et expériences pratiques

Conférence (entré libre) Jeudi 30 novembre 2017
14h15

Eric Gasparini
Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

et
Sarah Rahouadj
ATER à l’Université de Rouen

Salle Walline
Faculté de Droit
15, rue Sainte-Opportune

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

86 000 Poitiers

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

Annonce d’une publication à venir

Le RICODE a la plaisir de vous annoncer la prochaine parution des actes des deux journées d’études qui se sont respectivement tenues à l’Inalco et à l’Université de Montpellier en juin 2015 et en mars 2016 sur le thème de  « La réforme. Contextes, enjeux et objectifs. approche critique et comparative XIX-XXème siècles« .
Cette publication devrait être intégrée dans un dossier de la Revue Outre-mers.
Elle est prévue pour la fin de l’année 2017.

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

EXPOSITION. SciencesPo, une histoire coloniale

Sujet jusqu’à présent inexploité, Pap Ndiaye et Jakob Vogel tous deux professeurs au Centre d’histoire de SciencesPo, ont proposé à leurs étudiants du Master d’Histoire de l’Ecole doctorale de réaliser un travail de recherche sur le thème Sciences Po, une histoire coloniale. Les étudiants, avec l’aide des bibliothécaires, ont ainsi exploité les documents issus des fonds d’archives et des collections de SciencesPo,  pour réaliser l’exposition Sciences Po, une histoire coloniale visible à la Bibliothèque René Rémond du 1er mars au 29 avril 2017.

1er mars – 29 avril 2017

Bibliothèque R. Rémond

27 rue Saint-Guillaume

75007 Paris

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

CONFÉRENCE. L’évolution du système judiciaire en Egypte. XIXe et XXe siècles

Vendredi 24 mars 2017. 14h30

Dans le cadre de l’un des « Rendez-vous » du Cercle André Tiraqueau

Faculté de Droit (amhi Rousseau)
43, place Charles de Gaulle
86 000 Poitiers

Contact. Président du CAT / adrien.lauba@univ-poitiers.fr

Anne-Claire BONNEVILLE (Maître de conférences. Institut national des langues et civilisation orientales. Paris)

Essam FARAG (Magistrat. Vice-Président de la Cour de cassation égyptienne. Ancien Vice-ministre de la Justice)

Anne-Claire Bonneville-Essam Farag

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

CONFÉRENCE. Isoler pour mieux pacifier. Théophile Pennequin et l’expérience des territoires militaires au Tonkin (fin XIXe siècle)

Date à préciser

unknownJean-François Klein

Professeur en Histoire maritime. Université du Havre

Dans le cadre de l’un des « Rendez-vous » du Cercle André Tiraqueau
Faculté de Droit
43, place Charles de Gaulle
86 000 Poitiers

Contact. Président du CAT / adrien.lauba@univ-poitiers.fr

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

PUBLICATION. L’empire Indochinois. Le gouvernement général de l’Indochine, de la création de l’Union indochinoise au rappel de Richaud (1887-1889)

 

unknown

Eric Gojosso

Editeur : Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers
ISBN : 979-10-90426-55-9
Collection : Essais
472 pages – Parution : 12/2016

Que sait-on de la naissance et des commencements de l’Union indochinoise ? Peu de choses en vérité. Pourtant la structure mise en place en 1887, dans l’urgence et non sans incohérences, tint un rôle majeur dans la pérennisation de la présence française en Indochine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
À peine tempéré par les quelques pages que l’on trouve parfois dans certains ouvrages, ce désintérêt étonne d’autant plus que le poste de gouverneur général fut l’un des plus convoités de l’empire ultramarin.
Ajoutant à l’exotisme un prestige fondé sur la dévolution de compétences extraordinaires, il ne pouvait laisser indifférent administrateurs et politiques.
Représentant de la France, le chef de l’Union indochinoise était au contact de sociétés parmi les plus avancées et de monarques dont la légitimité était souvent plus ancienne que la République à laquelle ils se trouvaient assujettis. Chez les politiques, plusieurs virent dans un tel emploi le moyen de lancer ou relancer une carrière qui stagnait. Le détour asiatique leur permit d’obtenir ou de retrouver un portefeuille ministériel et aussi, fugitivement, d’accéder à la présidence du conseil, voire à la magistrature suprême.
Sans doute est-ce le poids écrasant de pareilles personnalités qui a détourné l’attention des tout premiers instants, de sorte que les débuts effectifs de l’Indochine française dateraient peut-être de Lanessan (1891-1894), sinon, selon l’opinion longtemps dominante, de Doumer (1896-1902). Avant eux, il n’y aurait rien, du moins rien qui fût digne d’une enquête retraçant les étapes d’un cheminement couronné de succès. Il est vrai que les années 1887-1889, à plus d’un titre décisives, furent marquées par l’incertitude et l’instabilité. Le contexte n’était propice ni en Extrême-Orient où la colonisation se heurtait à des adversaires déterminés, ni en France où la République « des républicains » commençait à charrier son lot de crises : le régime était déjà ébranlé par les affaires Wilson-Grévy et Boulanger ; les fils du scandale de Panama venaient de se nouer. Résultat tangible de cette agitation, les cabinets ministériels se succédaient à une cadence effrénée et la politique coloniale s’en ressentait. Sans doute la logique de concentration qui soudait de plus en plus étroitement radicaux et opportunistes eut-elle ici le mérite d’indiquer une ligne directrice finalement consensuelle : à gauche, les partisans de l’abandon du Tonkin reculaient.
Néanmoins, pour appartenir à la même majorité, les hommes qui assumaient le pouvoir étaient loin de se rejoindre sur l’organisation à promouvoir pour doter la France d’un instrument institutionnel durable. Si les différences les séparant étaient moins de nature que de degré, les projets qu’elles sous-tendaient semblaient évoluer entre deux pôles résolument antagoniques, l’administration directe ou le protectorat.
L’histoire de ces tâtonnements est instructive : elle jette un jour nouveau sur des notions qui ne sont pas aussi tranchées qu’on veut le croire, révélant par là que, dès lors qu’il s’agit d’imprimer sa domination, les nuances restent théoriques. Dans l’ordre des faits, les choix du colonisateur s’imposèrent toujours absolument, qu’ils fussent relayés par les « indigènes » ou les Européens. Il n’empêche que cette séquence initiale est celle durant laquelle non seulement les bases furent posées, mais aussi les remèdes identifiés, en attendant d’être réellement appliqués dans des circonstances plus heureuses, une décennie plus tard. Et sur ce point, il importait de mettre en lumière le rôle d’un haut fonctionnaire injustement tombé dans l’oubli, dont les idées annonçaient les réalisations de Doumer : Etienne Richaud. Il est vraiment le premier à avoir donné corps à l’empire indochinois rêvé par Paul Bert.

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

CONFERENCE. Oil Imperialism? Energy and Political Power from a Global Perspective

capture-decran-2016-10-24-a-09-29-22


An international conference organized by Prof. Eric Bussière (Sorbonne
University), Prof. Alain Beltran (CNRS, UMR Sirice 8138), Dr. Guillemette
Crouzet (Graduate Institute of International and
Development Studies, University of Geneva), Dr. Victor McFarland (University of
Missouri) and Marta Musso (European University Institute).
This conference has been funded by the University Paris-Sorbonne, the Labex
EHNE « Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe », the UMR CNRS 8138 CNRS Sirice and the University of Missouri.


Programme

Day One:
Friday, 4th of November
Amphitheatre,
Sorbonne University, Maison de la Recherche – Rue Serpente

9:30
Welcome, Prof. Barthélémy Jobert,
President of the Sorbonne University
9:30-9:40
Opening, Prof. Eric Bussière (Sorbonne
University, Director of the Labex EHNE)
9:40-10:00
Introduction to the Theme “Oil Imperialism”, Prof. Alain Beltran
(CNRS, UMR Sirice 8138)

10:00-10:20
Coffee/tea break

10:20-12:20
Panel 1: Oil, Empire, and International Relations
Chair: Prof. Youssef Cassis, European University
Institute

Guillemette
Crouzet, Graduate Institute, Geneva
British Oil Imperialism in Bakhtiaristan at the
Beginning of the 20th Century

Benjamin Bengobeyi,
University Paris I-Panthéon Sorbonne
Le Pétrole une arme? L’Irak et la libération de la
Nation arabe: l’exemple de la guerre du Kippour

Victor McFarland,
University of Missouri
Oil, Empire, and the U.S. Role in the Gulf

Emily Meierding,
U.S. Naval Postgraduate School
Oil vs. Islands: Disentangling
the Causes of Conflict in the East China Sea

12:20-14:20
Lunch, Club des
Enseignants, Site: Sorbonne

14:20-16:20
Panel 2: State and Corporate Power: National and
Multinational Oil Companies
Chair: Prof. Jean-Pierre Dormois, Institut d’Etudes
Politiques de Bordeaux

Marta Musso,
European University Institute
Hunting grounds for their
monopoly: France, Italy and the State oilmen

Touraj Atabaki,
Leiden University
Labour and the Birth of Oil Capitalism : The Emergence of Oil Imperialism in the First World War

Kevin Wunsthorn,
University Paris I-Panthéon Sorbonne
Entre rivalité et coopération :
la Compagnie française des pétroles face à l’impérialisme pétrolier
anglo-saxon dans le golfe Arabo-Persique

16:20-16:40
Coffee/tea break

16:40-17:40
Keynote Address: Prof. Myrna
Santiago, Saint Mary’s College
Oil Imperialism and Its Discontents

Chair: Barbara Curli, University of Turin

19:30
Conference dinner for
participants
Restaurant Gastro/Brasserie: La Ferrandaise­­­­

Day Two:
Saturday, 5th of November
Amphitheatre,
Sorbonne University, Maison de la Recherche – Rue Serpente

09:30-11:00
Panel 3: Oil, Anti-Imperialism, and Decolonization
Chair: Prof. Phillipe Chassaigne, University Bordeaux Montaigne

Giuliano Garavini,
New York University Abu Dhabi
OPEC: The Making of an Anti-Imperial Organisation

Elisabetta Bini,
University of Trieste
Decolonizing Labor: American Politics and the Rise
of Oil Nationalism in Libya, 1960s-1980s

Philippe Tristani, Agrégé d’histoire, Sorbonne University
L’Iraq National Oil Company contre l’Iraq Petroleum
Company de 1961 à 1972. Le rôle de la
compagnie nationale irakienne des pétroles dans la lutte contre
l’impérialisme

Katayoun Shafie,
UCL London, Centre for Advanced Studies
Long-Distance Machineries of Oil: Managing
Nationalism, Combating Nationalization in Iran

11:30-13:30
Lunch, Club des
Enseignants, Site: Sorbonne

13:30-15:30
Panel 4: Oil Companies, the State, and the Future of Oil Imperialism in a
Postcolonial World
Chair: Prof. Alain Beltran (CNRS, UMR Sirice 8138)

Duccio Basosi, Ca’ Foscari
University, Venice
Oil, Dollars, and Power: Petrodollar Recycling
Revisited

Francesco Petrini,
University of Padua
« Jumped on the Boat of a Territorialist Organization »:
Oil Multinationals and State Power in the XXth Century

Simone Selva,
University “L’Orientale”, Naples
Transnational
Capital Markets and Development Policies in the 1970s: Oil Shocks, the Rise
of Energy Finance, and the Reshaping of U.S. Foreign Economic Relations

15:30-15:50
Concluding Remarks: Victor
McFarland, University of Missouri

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

Appel à communication

Colloque international Appropriations d’espaces en contexte colonial et impérial

Un colloque international consacré aux appropriations d’espaces en contexte colonial et impérial se tiendra du 12 au 14 juin 2017 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence, France.

Date limite : 30 septembre 2016
Les organisateurs invitent les chercheurs de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à soumettre des propositions de communication s’inscrivant de préférence
dans l’un des cinq axes suivants :
1. Modalités d’appropriation : imaginaires, discours, techniques, outils
2. Acteurs et interactions sociales : négociations, conflits, accommodements, dynamiques sociales passées
et présentes
3. Impacts environnementaux, paysagers, sociaux, économiques, politiques, culturels
4. Temporalités de l’appropriation : moments, durées, rythmes
5. Lieux et échelles : parcours, territoires, limites, articulation entre échelles d’action et niveaux d’analyse

A retrouver sur le site de l’Iremam : http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article3510Appel_ColloqueAppropriations2017_Page_1-350

Appel_ColloqueAppropriations2017

lauba

Maître de conférences
Faculté de Droit et Sciences sociales
Université de Poitiers

More Posts

PUBLICATION. Histoire de l’Egypte moderne. L’éveil d’une nation (XIXe-XXIe siècles)

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville

3bd56112943d8337bad469a137629f2d

Berceau d’une des plus anciennes civilisations, l’Egypte est aussi une jeune nation. Ce livre en raconte l’éveil au cours des deux derniers siècles. Après un XIXe siècle brillant et prometteur, l’Egypte fait l’expérience malheureuse de la sujétion coloniale. Débarquées en 1882, les troupes britanniques ne quittent définitivement le sol égyptien qu’en 1956. Au triomphe de Nasser sur les puissances coloniales cette année-là succèdent les désillusions. L’indépendance n’empêche pas la poursuite d’une guerre de trente ans avec Israël. Finalement signée en 1979 à Camp David, la paix ne tient pas ses promesses de prospérité. Tout au contraire, une fois refermée la parenthèse socialiste, les inégalités sociales progressent de nouveau, sous l’effet de la croissance démographique. Après la brève efflorescence du « printemps égyptien » de 2011, l’Egypte remue avec un pouvoir autoritaire. Cependant, les Egyptiens ont peut-être posé, dans cet entrebâillement révolutionnaire, un nouveau jalon vers la liberté politique…

25 mars 2016. La Réforme. Contextes, enjeux et objectifs. Approche critique et comparative XIXe-XXIe siècles

Vendredi 25 mars 2016

La Réforme

Contextes, enjeux et objectifs. Approche critique et comparative XIXe-XXIe siècles

Journée d’étude organisée par l’UMR 5815 Dynamiques du droit (Groupe d’Histoire du Droit des Colonies HDC) et le Réseau RICODE Réseau de recherche interdisciplinaire « Colonisations et décolonisations »

Faculté de Droit et de Science politique de Montpellier (Salle du Conseil)

Programme : Programme JourneeReforme 25 mars 2016

PUBLICATION. Genèses du Moyen-Orient. Le Golfe Persique à l’âge des impérialismes (c.1800-c.1914), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015

 

Guillemette Crouzet

Au tout début du XXe siècle fut inventé ce « Moyen-Orient » qui aujourd’hui semble se défaire dans le sang sous nos yeux. Or, c’est du côté des Indes que l’on doit chercher l’origine de cette construction géographique, du côté des Indes parce que le « Moyen-Orient » est alors conçu comme l’ensemble des territoires gardant l’approche de l’Empire anglo-indien face aux menaces ottomanes, russes, françaises et allemandes. Mais cette invention ne peut se comprendre à la lumière des seuls enjeux politiques et économiques de l’âge des impérialismes.

geneses-du-moyen-orient Elle procède d’une lente genèse qui eut, à partir de 1809, pour cadre l’aventure britannique dans le Golfe Arabo-Persique.
L’impérialisme britannique et anglo-indien, actif tout au long du XIXe siècle dans les eaux et sur les rivages de la péninsule Arabique, de la Perse et du nord de l’océan Indien, est au cœur de l’ouvrage de Guillemette Crouzet. Par la violence mise en œuvre contre des « pirates » accusés de perturber la libre circulation des biens et des hommes, par une politique systématique de traités conclus avec les pouvoirs locaux, par des grandes entreprises cartographiques marquant symboliquement une prise de possession spatiale, par une lutte acharnée contre des trafiquants d’esclaves qui légitimait les patrouilles de croiseurs de Sa Majesté, par le grand projet de création d’un route rejoignant par l’Euphrate la Méditerranée, Londres, Bombay et Calcutta imposent leurs règles, avançant peu à peu du détroit d’Ormuz jusqu’au Koweït. Dans ce contexte, les flux commerciaux, licites et illicites, augmentent, et le Golfe participe à une mondialisation croissante de l’économie ; ce sont alors autant de trafics de perles, de dattes, d’armes, autant de réseaux marchands et de connections multiples avec des espaces plus ou moins lointains qui se découvrent.
Guillemette Crouzet le souligne, certes l’or noir n’est pas encore exploité mais le Golfe Arabo-Persique a déjà acquis une centralité stratégique minorée jusqu’à présent par les historiens. Il s’ensuit que si le « Moyen-Orient » protège le « joyau de la couronne britannique » que sont les Indes, dans la géopolitique mondiale de la fin du XIXe siècle il est déjà en voie de s’autonomiser…

 

 

Journée d’études « La réforme. Contextes, enjeux et objectifs. Approche critique et comparative XIXe-XXIe s. », 4 juin, Paris

Journée d’études « La réforme. Contextes, enjeux et objectifs. Approche critique et comparative XIXe-XXIe s. », 4 juin, Paris

Pour accéder au programme, cliquez ici.

Jeudi 4 juin 2015 de 9h30 à 16h30

Inalco
Salle 5.10
65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

Organisation

Centre de recherche Moyen-Orient Méditerranée EA 4091 – INALCO

Avec le soutien du Réseau de recherche interdisciplinaire
« Colonisations et décolonisations » et l’Institut d’histoire du temps présent UPR301-CNRS

Contact

anne-claire.bonneville@inalco.fr

Programme
9h00 : accueil des participants

I. Les réformes : conditions de réception et conséquences. Rôle des acteurs

Présidente de séance : Anne-Claire Bonneville (INALCO/CERMOM)

10h-10h30 : Hanna Sonkajärvi (Université Fédérale de Rio de Janeiro, UFRJ) :
La réception du Code de commerce brésilien dans la seconde moitié du XIX siècle : Quelques diagnostics proposés par des juristes et des marchands

10h30-11h : Samia El Mechat (Université de Nice Sophia-Antipolis/ IHTP) : La Tunisie entre réforme et révolte : l’exemple de l’insurrection de 1864

11h-11h30 : Paonessa Costantino (Université du Caire) : La contestation de la « réforme » en Egypte à la fin du XIXe s. à travers deux cas exemplaires: sufis et anarchistes

11h30-12h : Sonia Drissi (Faculté de droit – Université de Strasbourg) : Le rôle de Stéphane Berge dans la réforme judiciaire en Tunisie sous le Protectorat français

12h-12h30 : Discussion

Présidente de séance : Rina Cohen-Muller (INALCO/CERMOM)

14h30-15h : Eric Gojosso (Faculté de droit et des sciences sociales -IHD/ Université de Poitiers) :
L’Indochine française : un vaste champ de réformes

15h-15h30 : Adrien Blazy (Faculté de droit – Université de Toulouse I Capitole) :
Vichy et l’Indochine entre réforme et continuité : l’exemple du statut personnel

15h30-16h : Juliette Honvault (Aix Marseille Université, CNRS, IREMAM) : Sanctuarisation des origines et impératifs de réforme: la difficile construction construction du Yémen politique 1870-1970

16h-16h30 : Discussion