Colloque international « Les décolonisations au XXe siècle. Héritages, continuités, discontinuités et ruptures », 10-11 octobre 2013

      Colloque international

 

« Les décolonisations au XXe siècle. Héritages, continuités, discontinuités et ruptures »

 

10-11 octobre 2013

   IHTP –Paris

     Salle 159

 

Organisé conjointement par

 

 l’Institut d’histoire du temps présent

    (UPR 301 – CNRS)

                    le Centre de recherche Moyen-Orient Méditerranée

(INALCO- CERMOM EA 4091)

le Centre d’histoire judiciaire

(UMR 8025/CNRS-Lille2)

 et le Réseau de recherche interdisciplinaire

    « Colonisations et décolonisations « 

    Avec le soutien de l’AUF

 

 

Jeudi 10 octobre 2013

9h30 : Accueil des participants

Espaces, institutions, continuités et discontinuités  10h-12h30

Présidente : Florence RENUCCI (CHJ-Lille2)

– Regnault, Jean-Marc (Université de Polynésie française) : Forme et méforme de la présence française en  Océanie

– Touchelay, Marie (Université Paris XIII) : Décolonisation et départementalisation : le paradoxe de la loi du 19 mars 1946 en Guadeloupe

Débat et pause

-Babicz, Lionel (Université de Sydney- Australie) : Japon-Corée, France-Algérie. Réflexions comparatives sur deux décolonisations 

-El Mechat, Samia (Université de Nice Sophia /IHTP- CNRS) : Commonwealth, Union française et Communauté franco-africaine. Une approche comparée 

Débat

12h30 : Déjeuner

 Décolonisations, déconstructions et reconstructions   14h-17h30

Présidente : Annie DEPERCHIN (CHJ-Lille 2)

– Shoepfel, Anne-Sophie (Université de Heidelberg – Allemagne) : Le droit français dans l’espace indochinois. Rupture, transfert et continuité

– Foumena,  Gaetan Thierry (Université de Ngaoundéré) : Le droit administratif camerounais post-colonial en rupture avec le modèle français inspirateur

– Dramé, Patrick (Université de Sherbrook, Canada) : Le projet de décolonisation du Sénégal de Mamadou Dia. Distorsions, lignes de force et limites

Débat et pause

-Bonneville, Anne-Claire  (INALCO CERMOM/IHTP-CNRS) : La révolution de la politique extérieure égyptienne  1952-1956

– Alcaraz, Emmanuel (Université Paris XIII) : La construction de l’Etat sous Boumédienne : une forme sui generis

– Poilbout, Aurélien (Université P. Valery, Montpellier III) : L’évolution du système de défense en Afrique subsaharienne à l’heure de la décolonisation

-Débat

Vendredi 11 octobre 2013

 Culture, arts et urbanisme  9h30-12h30

Présidente : Anne-Claire BONNEVILLE ( INALCO-CERMOM/IHTP-CNRS)

– Manière, Laurent (SEDET- Université Paris Diderot- Paris VII) : L’enseignement supérieur africain à la recherche de son indépendance : entre assistance technique et désir d’africanisation 1950-1973

– Drugeon, Fanny (Musée national d’art moderne- Centre Pompidou) : Transferts culturels ou transferts coloniaux ? Art, formation et expositions en France après les décolonisations

-Débat et pause

– Pasquier, Aurélien (Lyon 3/IETT) : La destruction du bâtiment du gouverneur général et la difficile question de la présence japonaise en Corée du Sud

– Jelidi, Charlotte (IRMC-Tunis) : Des protectorats aux Etats-nations. Tradition et modernité architecturales et urbaines en Tunisie et au Maroc

Débat

12h 30 : déjeuner

Culture, arts et urbanisme 14h- 17h

Présidente : Samia El MECHAT ( UNS –IHTP/CNRS)

– Saïd Aïssa, Kahina (Université Mouloud Mammeri (Tizi-Ouzou) et Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme – Alger) : L’héritage architectural colonial du XIX-XX s. en Algérie entre continuité et rupture

– Belkhemsa, Belkacem (Université de Tizi-Ouzou) et Benazzouz Karima ( Université de Tizi-Ouzou) : L’influence des politiques urbaines françaises sur l’Algérie

– Boufassa, Sami (Université de Béjaia) : Les lieux de culte chrétiens et leurs destins après l’indépendance de l’Algérie

Débat et clôture du colloque

 

IHTP : 59/61 Rue Pouchet, Paris 17e

 

 

 

Appel à communications « Histoire du droit du travail dans les colonies françaises (1880-1960) »

CPER 10 LLSHS
Axe 1 – Atelier 1
Action « Histoire du droit du travail dans les colonies françaises (1880-1960) »
Agréée par la MSH Ange-Guépin

Appel à communications
Pour la journée d’étude du 14 novembre 2013
Responsable : Jean-Pierre Le Crom (DCS, CNRS, Université de Nantes)
Lieu de la journée d’étude : Université de Nantes

Cette journée d’études, point de départ d’une vaste recherche collective, a l’ambition de faire le point sur les études déjà menées ou en cours et de dresser des perspectives de développement d’une histoire du droit du travail dans les colonies, terme entendu ici dans son sens le plus large, incluant notamment les protectorats et les mandats, depuis les débuts de la Troisième République jusqu’aux indépendances.
Un sujet aussi vaste peut être abordé de multiples façons. La plus évidente est celle du contenu des règles, de leur diversité et de leur évolution. La situation est en effet très différente selon les colonies, notamment entre les DOM et les TOM. Dans les premiers (Algérie, Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion), la législation du travail est en théorie identique à celle de la métropole, mais, en réalité, l’analogie n’est pas aussi complète qu’on peut souvent le lire. L’adaptation des textes aux réalités locales est souvent partielle ou tardive.
Dans les seconds, l’évolution est très importante. Après avoir longtemps été laissée à l’arbitraire des gouverneurs, la réglementation du travail émane du pouvoir central après la Première Guerre mondiale, mais elle diffère selon les colonies ainsi que selon les travailleurs concernés. La distinction entre Européens et indigènes s’atténue toutefois à partir du Front populaire. Après la Seconde Guerre mondiale et à la suite des conférences de Brazzaville et Philadelphie, un code du travail indigène est promulgué en 1946, vite remplacé par un autre, en 1947. Il ne sera pas appliqué. La dernière étape est la promulgation en 1952 du Code du travail des territoires d’outre-mer, différent, sous de nombreux aspects, du code métropolitain. Il s’applique normalement à tous les travailleurs, qu’ils soient autochtones ou non.
Dans le cadre de cette évolution générale, plusieurs thèmes de recherche peuvent être identifiés : travail forcé, réglementation des contrats, droit des relations collectives (syndicats, négociation collective, représentation du personnel, conciliation et arbitrage des conflits), inspection du travail, juridictions du travail…
Une manière complémentaire d’embrasser le sujet consiste à interroger le rôle des acteurs dans les processus de création et de mise en oeuvre du droit du travail. Dans le contexte colonial, leur influence respective semble largement différente de ce qui prévaut en métropole. D’une part, le rôle des organisations internationales, principalement de l’OIT, apparaît primordial même si ses recommandations ne sont pas toujours entendues et si les conventions ne sont adoptées qu’avec retard. C’est particulièrement vrai en matière de travail forcé, mais l’OIT a agi également de manière différente en élaborant des conventions spécialement destinées aux territoires dépendants. D’autre part, les lobbys coloniaux, particulièrement patronaux, semblent avoir également joué un rôle actif de frein à l’évolution législative et réglementaire.
La répartition des compétences entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux mérite aussi d’être interrogée. Même si l’évolution montre un transfert progressif de la production des normes des seconds vers le premier, celui-ci semble toutefois partiel et assez différencié selon les colonies.
La différence essentielle tient sans doute au rôle des usages et des coutumes. En métropole, les usages, qui jouaient un rôle essentiel comme source du droit du travail au XIXe siècle, ont peu à peu disparu avec le développement de la législation du travail et de la négociation collective. Outre-mer, ils ont continué à jouer un rôle très important, non seulement parce qu’une grande partie des populations ultramarines échappe à la réglementation d’origine coloniale, mais aussi parce que celle-ci tient compte ou doit faire avec les coutumes locales. Toutes ces questions ne peuvent évidemment pas être traitées sans tenir compte des caractéristiques du rapport au travail des sociétés concernées. C’est pourquoi cet appel à communications est ouvert à l’ensemble des sciences humaines et sociales.
Les propositions de communication (2 500 signes, espaces compris) devront parvenir avant le 01 octobre 2013, au format .doc à : jean-pierre.le-crom@univ-nantes.fr