Compte-rendu du Colloque « Les administrations coloniales et la « pacification » XIX-XX siècles » 23-24 mars 2012/ Les Invalides et Ecole Militaire IHTP-IRSEM-ISAD

Compte-rendu du Colloque

« Les administrations coloniales et la  « pacification » XIX-XX siècles »

23-24 mars 2012/ Les Invalides et Ecole Militaire

IHTP-IRSEM-ISAD

En prenant comme axe central les administrations coloniales et les rapports qu’elles entretiennent avec la pacification, le colloque international, qui a réuni 27 intervenants, a souhaité renouveler la réflexion et l’analyse. Les différentes contributions ont montré la richesse et la fécondité du thème qui n’a pas qu’un intérêt rétrospectif. Les évolutions des situations en Irak et en Afghanistan ont relancé le débat sur la notion de « contre insurrection » et sur la pertinence ou l’inadéquation des modèles de « pacification » utilisés à l’époque coloniale.

Cette présentation place d’ailleurs au centre de l’analyse la « pacification » et ses évolutions de la période coloniale à aujourd’hui.

La « pacification » : significations et usages

Dans toute forme de colonisation, les sources de tension et de conflit sont multiples. On observe en effet des refus de soumission, et des soulèvements contre les autorités coloniales. Aussitôt la « pacification » devient un instrument essentiel pour réduire ces antagonismes. Elle est au fondement de l’ordre colonial et de la puissance impériale, il ne peut y avoir de colonisation sans pacification. C’est elle qui permet de briser les résistances qui entravent le contrôle du territoire, de contribuer à la sécurité et, en définitive, de faire acquiescer les peuples soumis à leur assujettissement. C’est toujours elle qui permet à l’administration d’organiser des espaces socio- géographiques, selon des règles définies par et pour la métropole, d’imposer une domination et de fonder la colonisation sur des bases que l’on croit solides et durables.

L’importance de la pacification explique sans doute la profusion tout au long des XIX et XX siècles d’ouvrages sur la théorie et les méthodes de la pacification. Des penseurs comme Tocqueville, Desjobert, ou John Stuart Mill ; des stratèges de la « pacification » comme Bugeaud, Gallieni, Lyautey, tous estiment nécessaire le recours à la force armée et mettent en avant les objectifs de la « pacification ». Il s’agit de développer la colonisation, de consolider la domination coloniale, mais aussi de civiliser et donc d’administrer pour le « bien » de l’indigène.

Que recouvre le concept de « pacification » ? Dans une première acception, la pacification, qui implique l’idée d’un mouvement continu, se définit comme une action de rétablissement de l’ordre. Pacifier, ce peut être réprimer, réduire par la force armée ou au moyen d’opérations de police toutes résistances rencontrées pour assurer l’unité de commandement et de direction ainsi que la paix civile. Pour que l’effet soit immédiat, ce type de pacification implique le recours à la violence pouvant aller jusqu’à la terreur. Cette « pacification » se veut aussi dissuasive. Il s’agit non seulement de rétablir l’ordre, mais d’enlever à l’indigène les raisons de se révolter. La reconquête militaire du terrain, la reprise en main des populations et la destruction de tous les foyers insurrectionnels constituent dès lors les trois objectifs prioritaires de la « pacification ».

Dans une seconde acception, la pacification renvoie à l’idée d’apaisement, de conciliation, et de paix. Les ouvrages des théoriciens de la pacification, comme Gallieni, Lyautey, Angoulvant, ou des « techniciens de la colonisation » inventorient ainsi les différentes tâches du pacificateur : ramener l’ordre, prévenir le désordre et réparer. L’accent est désormais mis sur le dernier terme de la trilogie : la réparation… La « conquête des coeurs et des esprits » devient ainsi l’objectif de la pacification et de l’administration.

L’administration coloniale gouverne et domine, mais elle affiche en même temps son souci d’œuvrer pour le « bien » de la population indigène. Voulant consolider les acquis de la pacification tels qu’ils résultent de l’action militaire, le pouvoir colonial s’appuie à la fois sur le « maintien de l’ordre » et le « devoir de civilisation ». La pacification apparaît ainsi comme un processus complexe, mêlant et juxtaposant le militaire, au politique et à l’administratif, ces facteurs se combinant pour constituer autant de variables selon les situations rencontrées. Mais derrière ces variantes, la constante est toujours la même :  pacifier, c’est installer le gouvernement des êtres et des choses avec l’objectif de contrôler et de dominer. Tout doit être fait pour convaincre les indigènes que la puissance coloniale domine et ce pour longtemps.

Selon une formule de Lyautey, l’administration coloniale doit «  montrer sa force pour ne pas avoir à s’en servir ». On retrouve la même idée dans la pensée de Gallieni, qui analyse le processus de pacification comme une « tache d’huile ». Selon lui, c’est par « l’action combinée de la force et de la politique » que la pacification peut atteindre ses objectifs. Dans ses Principes de pacification et d’organisation du Tonkin, il souligne l’importance des rapports que la puissance coloniale établit avec les « indigènes ». C’est pour lui un élément clef de la réussite. Or, l’administration, instance d’exécution du pouvoir d’Etat, est l’intermédiaire obligé entre l’Etat, la loi, et le colonisé au contact duquel elle remplit ses fonctions, que celles-ci soient d’ordre régalien ou de nature tutélaires, voire « civilisatrices ». L’administration est au cœur de ce que Gallieni appelle « la pacification coloniale » car son ancrage territorial lui donne la capacité de construire un rapport de domination qui ne soit pas exclusivement fondé sur le recours à la force. La stratégie qu’il prône consiste à user en même temps de la force et du compromis, du moins tant que le compromis n’est pas contraire aux intérêts fondamentaux de la colonisation. Ainsi, la politique de pacification suppose le concours simultané du militaire et du politique.

En réalité, la pacification n’aura guère fonctionné comme une modalité alternative à l’emploi de la force. D’une part, le recours à la force armée pour réprimer et intimider reste constant, d’autre part les politiques de pacification elles-mêmes sont présentées comme des moyens de consolider les bénéfices de la conquête et de développer la colonisation. Doté de la force publique et secondé par des appareils administratif et judiciaire efficaces, le pouvoir colonial ne cesse de s’appuyer sur une gamme étendue de moyens coercitifs et répressifs. L’aveuglement l’aura ainsi bien souvent emporté jusqu’au bout. L’irrépressible aspiration à l’égalité et à la dignité viendra à bout de cette obstination, provoquant l’effondrement de l’édifice colonial.

Dès lors, l’échec de la pacification est patent. Les politiques de pacification n’auront guère été qu’une modalité d’expression d’un même désir de puissance. Dans ces conditions, l’entreprise de « reconquête morale des âmes » ne pouvait donner au processus colonial la légitimité qui lui faisait, dès la conquête, défaut, ni davantage parvenir à l’inscrire dans la durée.

De la petite guerre au conflit asymétrique

« Se servir de la guerre contre une révolte est un procédé aussi malpropre et aussi long que de manger sa soupe avec un couteau ». Cette citation classique de l’auteur des Sept Piliers de la Sagesse nous conduit à penser qu’il n’y a guère de différence dans la manière de conduire les hostilités entre les protagonistes de la Révolte arabe et entre les acteurs du surge en Irak ou en Afghanistan. Guerre du peuple, petite guerre, guérilla, guerre révolutionnaire, conflit de faible intensité, conflit asymétrique. La multiplicité des appellations qui décrivent des situations fort similaires n’est pas anodine et révèle en fait les difficultés permanentes des armées occidentales lorsqu’elles sont confrontées à des armées irrégulières.

Toutes ces guerres ont en effet des caractéristiques communes. L’absence de front est tout d’abord la conséquence de l’évanescence de la frontière séparant la paix de la guerre et de la dilution de la distinction entre combattants et non-combattants. En second lieu, le centre de gravité de ces guerres s’est déplacé vers les populations devenues le bouclier et l’otage des combattants et l’enjeu de ces conflits. Face à des situations inextricables que l’on ne parvient plus à caractériser (la question récurrente de savoir si le cadre clausewitzien est toujours adapté), la contre insurrection est alors confrontée à un dilemme insoluble parfaitement résumé par Mao Zedong qui écrivait que : « la certitude du succès des États forts les pousse à l’escalade pour atteindre les objectifs au risque de se couper des populations ou alors, à paraître incompétents ». Un piège très classique se referme sur les armées occidentales formatées pour les conflits interétatiques et dont l’objectif ultime était en fait de garantir le non-recours à la force

Le long processus qui, depuis Clausewitz, a en effet conduit à encadrer l’usage de la violence est à l’origine de cette difficulté. Désireuses d’éradiquer « le fléau de la guerre », les « nations civilisées », qui ont été à l’origine de la Charte des Nations unies, ont eu recours à deux instruments dialectiques. La délégalisation de la force a tout d’abord été obtenue par la légitimation de la violence. Le monopole weberien de la violence légitime a ainsi été conçu comme le moyen de pacifier une société civile naturellement belliqueuse et de soumettre à la seule rationalité politique l’antagonisme des États. Dans une seconde étape, l’anarchie internationale a été tempérée par le refoulement de la guerre juste comme le décrivait déjà Carl Schmitt en 1950 dans Der Nomos der Erde : « Le droit des gens interétatique est parvenu au XVIII° et au XIX° siècles à gérer et contenir la guerre. L’adversaire fut reconnu justus hostis et fut distingué du rebelle, du criminel et du pirate. La guerre perdit son caractère pénal et ses tendances punitives dans la mesure où la discrimination entre partis justes et injustes cessa ».

 La contestation du monopole de la violence légitime étatique par des insurgés en armes et le retour de la Juste Cause pour lutter contre des « terroristes », des « criminels », des « pirates » ou des dictateurs perturbent ainsi profondément les règles du jus in bello sur lesquelles reposait l’organisation des armées occidentales.

Dès lors, la mise en perspective historique des expériences coloniales en matière de pacification peut aider à mieux formaliser les techniques contemporaines de la contre insurrection. Mises en œuvre par les armées occidentales, engagées dans des opérations extérieures, elles visent comme au temps de la colonisation des objectifs contradictoires et apparemment inconciliables : rétablir et maintenir l’ordre, contrôler la population, prévenir le désordre et … réparer.

 Samia  El Mechat, Professeur à l’Université de Nice Sophia

Institut d’histoire du temps présent -CNRS

Jean-Jacques Roche – Professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2)

Directeur de l’Institut Supérieur de l’Armement et de la Défense (ISAD)