Colloque: « Aspects juridiques et institutionnels de la colonisation à l’époque contemporaine », Poitiers, 6-7 juin 2012

L’Institut d’Histoire du Droit organise, avec le soutien de RICODE, un colloque qui aura lieu les 6 et 7 juin 2012 à l’Université de Poitiers intitulé: « Les colonies II. Aspects juridiques et institutionnels de la colonisation à l’époque contemporaine.

Pour accéder au programme, cliquez ici. La bulletin d’inscription est également téléchargeable.

Séminaire: « Engagements individuels et décolonisation », 31 mai 2012, Lille

Séminaire

«  Les hommes de la décolonisation. Itinéraires, mémoires et traces »

 

organisé par

le Centre d’Histoire Judiciaire (UMR 8025, Lille), l’IHTP (CNRS, Paris), Colonialcorpus (http://colonialcorpus.hypotheses.org/) et le réseau RICODE (http://ricode.hypotheses.org/), avec le soutien de la MESHS de Lille

Ce séminaire, s’attachera, autour de la thématique générale des décolonisations, à mener une étude d’ensemble des acteurs des années de transition.

Il s’agira tout d’abord de s’intéresser aux itinéraires individuels et collectifs hérités de la période coloniale, qu’il s’agisse de diplomates, de « conseillers », de fonctionnaires, de juristes, de techniciens, d’enseignants ou de médecins. On s’intéressera à la présence et aux motivations d’acteurs qui jouent sur le terrain des rôles parfois différents : assurer la continuité de la présence de l’ancien pays colonisateur ; être au service de la transition ; œuvrer à l’indépendance de leur propre pays ou d’autres pays, etc.

Ces parcours seront saisis dans une dimension résolument internationale et comparatiste, ce qui signifie que les interventions pourront porter sur des territoires en Méditerranée, en Afrique ou en Asie qui dépendaient de l’ancien Empire français, mais également d’autres empires européens, voire plus généralement occidentaux. Un tel déplacement du regard permettra de mettre en évidence les points de ressemblance ou de divergence avec des systèmes coloniaux qui paraissent parfois extrêmement différents. L’approche comparée permet aussi la diversification des regards portés sur ces itinéraires personnels ou collectifs, en faisant appel à la fois à l’histoire politique, à l’étude du rôle des institutions et à l’analyse des comportements. La restitution de ces diverses dimensions permettra de comprendre plus finement la complexité des rapports, souvent marqués par le poids des représentations, entre les anciennes métropoles européennes et les « nouveaux » Etats.

Enfin, nous reviendrons sur les sources qui permettent d’étudier la place et l’œuvre des acteurs de la décolonisation. C’est sans doute la richesse de ces différentes sources qui explique qu’une attention particulière sera portée à l’apport de la parole des acteurs à la compréhension de l’événement et des évolutions. Un certain nombre d’acteurs de cette période sont encore en vie et leurs témoignages pourraient fournir des indications essentielles en l’absence d’archives écrites. Le recours aux témoignages place de plus en plus les questions de mémoire au cœur des préoccupations de l’historien et du chercheur en sciences humaines, qui veulent mieux comprendre les continuités ou les discontinuités post-coloniales, compléter ou mesurer le rapport au réel des archives « officielles ». L’objectif est donc de confronter l’histoire et la mémoire, en débattant notamment de la « fabrication » et de l’exploitation de l’archive orale.

 

Séance du 31 mai 2012 intitulée :

« Engagements individuels et décolonisation »

14h-17h

Centre d’Histoire Judiciaire, Faculté de Droit, Lille


 Gaston Defferre, un avocat de l’émancipation des territoires d’outre-mer sous la IVème République

par

Benoît Hannart (Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence)

 Impliqué dans trois temps forts qui auront rythmé la IVème République, Gaston Defferre s’est investi fortement dans le devenir des territoires d’outre-mer fédérés au sein de l’Union Française et fut l’un des meilleurs spécialistes du sujet au sein du parti socialiste-SFIO.  Chargé d’une mission d’évaluation suite aux émeutes de Madagascar pendant l’été 1947, il fut presque dix ans plus tard, le promoteur déterminé de l’autonomie des territoires de l’AOF, de l’AEF , de Madagascar, du Togo et du Cameroun avec la loi-cadre n°56-619 du 23 juin 1956 et ses décrets d’application. Son adoption fit l’objet d’un large consensus, mais sa mise en œuvre fût contrariée par l’accélération de l’histoire, entre la décomposition progressive de la présence française en Algérie et l’aspiration inéluctable de plusieurs leaders africains à une réelle maîtrise de leurs destins politiques.

Les événements d’Algérie ont été un autre fait, permettant à Gaston Defferre de marquer sa différence en prônant la négociation plutôt que l’usage de la force et de la torture. Homme politique d’anticipation et de modernisation, il fût l’un des acteurs majeurs d’une décolonisation pacifique de l’Afrique Noire en prônant une troisième voie entre le colonialisme borné et l’abandon pur et simple des anciennes possessions françaises outre-mer.

Portrait d’un ministre tunisien : Ahmed Mestiri ou l’exigence de souveraineté 1957-1960

par

Samia El-Mechat (Université de Nice/IHTP)

 

En accordant à la Tunisie « l’indépendance dans l’interdépendance organisée », le Protocole du 20 mars 1956 s’inscrit dans le prolongement des Conventions de juin 1955. Il prévoit en effet le maintien d’une prééminence française dans les secteurs clés de la défense, des affaires étrangères et de l’ordre public. Or, pour les dirigeants tunisiens, l’indépendance signifie la fin de l’interdépendance et l’exercice de la souveraineté sans entraves. Le processus de décolonisation radicale est donc engagé dès 1956 et se prolonge durant ces années de transition qui voient s’opérer le difficile transfert des compétences. Cette communication s’attachera à mettre en perspective les modalités du transfert de souveraineté en privilégiant le point de vue de la partie tunisienne à travers le rôle et l’action de Ahmed Mestiri, secrétaire d’Etat à la Justice (1956-1958), aux Finances et au commerce (1958-1960).

L’indépendance du Congo belge. Mwissa Camus, doyen des journalistes congolais

par

Marie Fierens (Université libre de Bruxelles)

L’accession du Congo belge à l’indépendance est le fruit d’une évolution politique à laquelle de nombreux individus ont été associés d’une manière ou d’une autre.

Nous proposons de retracer le parcours de l’un deux ; Mwissa Camus, le doyen des journalistes congolais, né en 1931, afin de cerner comment sa trajectoire personnelle, en tant que personne appartenant à l’« élite », peut éclairer la trajectoire de son pays jusqu’à la date historique du 30 juin 1960.

En nous basant sur un entretien réalisé avec lui en 2010, sur ses notes de réflexion à propos de la presse de son pays, sur des articles de journaux congolais de 1960 ainsi que sur des témoignages de seconde main, nous suivrons son itinéraire dans le contexte politique d’alors.

Brillant élève de l’enseignement missionnaire, il est engagé en 1950, un peu par hasard, par le journal catholique Le Courrier d’Afrique. Il est un des premiers Congolais à intégrer une rédaction – blanche comme toutes les autres à l’époque. Il a pour consigne de ne rédiger que des articles sportifs et de ne pas se mêler de politique. Mais en 1956, il se joint à un groupe d’« évolués », désireux d’établir un dialogue entre Belges et Congolais, pour rédiger le Manifeste de la Conscience africaine, premier document à parler d’émancipation politique.

 Le Manifeste ainsi que les réactions qu’il a suscitées marquent l’éveil des consciences et font rapidement évoluer les idées ; le journalisme congolais s’en ressent. En 1958, les Congolais reçoivent l’autorisation de posséder leur propre organe de presse. Ces nouveaux journaux relaient leurs revendications : davantage de reconnaissance de la part des colons et plus de justice.  L’indépendance n’est pas encore une préoccupation majeure. C’est à cette époque également que sont autorisés les premiers partis politiques ;  Mwissa Camus crée l’Union progressiste congolaise.

 Quelques années plus tard, les prises de positions se radicalisent et l’indépendance est au cœur des débats. Les Congolais qui prônent une autonomie immédiate, synonyme selon eux de la fin de « l’asservissement », se confrontent à ceux qui veulent que des cadres capables de diriger le pays soient formés préalablement. Mwissa Camus fait partie de cette deuxième catégorie.

« Lorsque le mot ‘indépendance’ a été lâché et qu’on voyait ceux qui s’agitaient pour courir derrière ce mythe, nous nous sommes dit : ‘Le pays est foutu. (…). C’est bien beau de prôner l’indépendance immédiate. Mais demain les Blancs vont partir : qui va enseigner à l’université, qui va diriger le service des impôts, le parquet, etc. ?’ ».

Ses prises de positions ainsi que celles d’autres intellectuels n’y changeront rien : le 30 juin 1960, le pays accède à l’indépendance.

 Acteur presque malgré lui de l’émergence de la presse congolaise, quelques années plus tard Mwissa Camus portera publiquement ses propres revendications politiques. En le suivant tout au long des années qui ont précédé l’indépendance, nous verrons comment son parcours peut témoigner de l’émergence du métier de journaliste au Congo, de la position sociale et bientôt politique de ces nouveaux « professionnels » ainsi que des ambigüités de leur position vis-à-vis des processus d’émancipation en cours. Cette démarche permettra également de s’interroger sur la façon de considérer le journaliste congolais de 1960 : était-il un « acteur », un « témoin », un « figurant » ou encore un « instrument » de la décolonisation ?

Discutantes: Anne-Claire Bonneville (INALCO) et Florence Renucci (Centre d’Histoire Judiciaire/CNRS)

 

Appel à communication « Histoire, mémoire et héritage de la colonisation en Europe »

Faculté des lettres, langues et sciences humaines Labo 3L.AM – EA 4335 l Maison des Sciences Humaines-Confluences 5 bis bd Lavoisier l 49045 ANGERS CEDEX 01

 HISTOIRE, MÉMOIRE ET HÉRITAGE DE LA COLONISATION EN EUROPE

Journée d’Étude Vendredi 25 janvier 2013 Université d’Angers

Aucun article des traités européens ne confère une compétence spécifique à l’Union européenne en matière d’acquisition de nationalité et d’accès à la citoyenneté en particulier. Pourtant, depuis le Traité d’Amsterdam de 1997, elle tente d’élaborer une politique d’immigration dans le cadre de son Espace de liberté, de sécurité et de justice, face à une immigration clandestine —notamment en Méditerranée— perçue désormais par certains comme une menace, sans compter la peur suscitée par une vague migratoire venue de l’Europe orientale, dans la perspective du grand élargissement. Au-delà de cet aspect sécuritaire, plusieurs États membres souhaitent favoriser la coordination des politiques d’intégration. Aussi le Conseil « Justice et affaires intérieures » a-t-il répondu à cette demande en adoptant, le 19 novembre 2004, les onze « principes de base communs » pour élaborer une politique d’intégration des immigrants dans l’Union européenne. Ces principes définissent un processus dynamique, à double sens, de compromis réciproques entre tous les immigrants et résidents des Etats membres. Le Pacte européen sur l’immigration et le droit d’asile du 15 octobre 2008 revient sur la volonté de favoriser l’intégration dans le cadre légal. Par ailleurs, le programme de Stockholm, adopté par le Conseil en décembre 2009, qui prévoit l’application, entre 2010 et 2014, des nouvelles dispositions prises par le Traité de Lisbonne, fait de la politique d’intégration l’une des priorités de l’UE dans le domaine des mouvements migratoires. Mais peu de propositions concrètes ont suivi, notamment sur l’acquisition de la nationalité et l’accès à la citoyenneté qui continuent de relever des compétences nationales. Malgré la nécessité d’une convergence progressive des politiques nationales d’accueil, la diversité des modèles d’intégration et de citoyenneté subsiste. En effet, les pratiques ainsi que les critères d’acquisition de la nationalité varient d’un pays à l’autre. Ces différences, qui apparaissent si préjudicielles, ne proviendraient-elles pas, a priori et assez paradoxalement, d’un héritage commun ? Par exemple, si la France n’a pas institué de test de citoyenneté pour accéder à la nationalité, elle a en revanche établi un contrôle de l’assimilation de l’intéressé qui s’effectue par le biais d’un entretien individuel avec un agent de la préfecture ou du consulat de son pays d’accueil. L’histoire de l’Europe et les histoires nationales sont marquées par des contacts souvent conflictuels avec des régions et des continents qui sont aujourd’hui les foyers de départs des migrants. La colonisation a été une expérience certes partagée —l’Europe tout entière ayant connu des ambitions impérialistes— mais aussi hétéroclite parce qu’elle s’est façonnée avec des méthodes et des pratiques distinctes. Alors que certains pays ont colonisé par la voie de l’assimilation, d’autres ont développé des stratégies plus orientées vers l’association et le multiculturalisme, sous-tendues par des visions philosophiques, morales et politiques divergentes sur le genre humain, et plus spécifiquement sur la notion d’étranger et sur ce que l’on entendait par l’accès à la citoyenneté. Selon quelles modalités les colonisés sont-ils devenus des citoyens ? À travers cette question, il ne s’agit pas de tout expliquer dans et par le colonialisme, mais plutôt de tenter de faire ressortir les liens qui subsistent entre la situation actuelle et les formes d’entreprise coloniale qui ont caractérisé l’Europe du XIXe siècle. Faculté des lettres, langues et sciences humaines Labo 3L.AM – EA 4335 l Maison des Sciences Humaines-Confluences 5 bis bd Lavoisier l 49045 ANGERS CEDEX01

Ainsi, lors de cette Journée d’Étude, proposée dans le cadre du projet DCIE, nous présenterons l’hypothèse que la citoyenneté en Europe repose sur un héritage complexe qui a concrètement pris un sens lors de la période impérialiste. Puis, nous tenterons d’expliquer en quoi les définitions de la citoyenneté, telles que nous pouvons les recenser aujourd’hui, peuvent témoigner de la prégnance du passé à chaque fois singulier et maîtrisé. Celle-ci, par le biais de la mémoire, régulièrement rafraîchie par des célébrations telles que les commémorations d’anniversaires, la construction de monuments notamment, assure la continuité de l’événement et démontre par là même l’existence d’un continuum tant historique que politique. Le développement de ces politiques mémorielles de la colonisation et de certaines de ses traces, comme par exemple la traite et l’esclavage, est-il la preuve d’une perception commune de cette histoire à l’échelle européenne, ou d’une permanence d’identités nationales divergentes qui pourraient expliquer les différentes approches actuelles de l’intégration et de l’accès à la citoyenneté en Europe ?

Le Comité organisateur : Michel Catala, Université de Nantes, CRHIA, Nantes-La Rochelle Stéphanie Couderc-Morandeau, Université de Nantes, DCS Hélène Goujat, Université d’Angers, 3L.AM, Angers- Le Mans Les propositions de communication, de 10 à 20 lignes, ainsi qu’une présentation sommaire de l’auteur, sont à envoyer pour le 25 avril 2012, dernier délai. Les communications, qui ne devront pas excéder 20 minutes, seront suivies d’un débat.

Contact de réponse : Stéphanie Couderc-Morandeau : stephanie.couderc-morandeau@univ-nantes.fr