Colloque « Administration coloniale et « pacification », XIXe et XXe siècles », 23 et 24 mars (Paris)

Vendredi 23 de 9h00 à 18h00 – Auditorium des Invalides

Samedi 24 de 9h00 à 18h00 – Amphithéâtre des Vallieres – Ecole militaire

Inscriptions: Inscription.irsem@defense.gouv.fr

Autour d’un panel d’experts, le colloque propose une réflexion d’ensemble sur les modalités et les formes de gestion des mouvements de résistance, de contestation et de révolte par les appareils militaires et administratifs coloniaux européens aux XIXe et XXe siècles. Quatre axes d’études seront privilégiés de manière à susciter une analyse et à mettre en lumière les similitudes et les divergences en lien avec des contextes actuels.

Pour accéder au programme du colloque, cliquez ici pour la journée du 23 mars et ici pour la journée du 24 mars 2012.

Compte-rendu de la réunion RICODE du 27 janvier 2012

 

Compte-rendu de la réunion RICODE du 27 janvier 2012

 

La réunion du Réseau de recherche interdisciplinaire sur le thème « Colonisations et décolonisations » du 27 janvier 2012 à l’Institut d’histoire du temps présent[1] a permis de rappeler les objectifs définis dans le texte de présentation du réseau RICODE, déjà existant sur la toile, et d’aborder trois questions importantes :

– l’avenir du réseau ;

– les principes de fonctionnement ;

– les axes de recherche et le programme d’activités (2012-2014).

S’appuyant sur les exemples du SEDET-Paris7 (C. Chanson-Jabeur) et du réseau DCIE qui regroupe des chercheurs des universités du Mans, d’Angers et de Nantes (D. Avon- Université du Maine), les collègues participant à la réunion ont tous souligné l’intérêt et l’importance de l’approche interdisciplinaire adoptée par le réseau RICODE et qui vise à associer des collègues de diverses disciplines ( histoire, histoire du droit, droit, économie, sociologie, science politique, sociologie…).

Pour faciliter les échanges et l’interdisciplinarité, le réseau RICODE se propose de constituer un annuaire qui recenserait les chercheurs travaillant sur des thématiques de « colonisations et décolonisations » (E. Gasparini- Université d’Aix-marseille). L’annuaire devrait indiquer les disciplines, les thèmes de recherche et le lieu de travail des différents membres. Cet annuaire serait mis en ligne sur le site RICODE.

Le caractère fondamental de la publication a été également souligné (E. de Mari- Université de Montpellier). Car, la valorisation de la recherche se fait à travers la publication. Ce doit être un élément contractuel. Il a été décidé que le label RICODE apparaîtra sur les publications. D’ores et déjà, le groupe de recherche « Histoire du droit des colonies » (UMR 5815-Université de Montpellier) se propose de faire figurer la mention RICODE sur ses prochaines publications et les programmes de manifestations scientifiques.

La réflexion a ensuite porté sur l’avenir du réseau et la forme qu’il devrait prendre. Différentes options ont été évoquées, comme celle d’un réseau informel qui bénéficierait du soutien des institutions des différents membres, ou celles d’un réseau labellisé CNRS ou d’une association. La création d’un Groupement d’intérêt scientifique (E. Gojosso- Université de Poitiers et C. Chanson –Jabeur -Paris7), ou celle d’une structure fédérative à l’horizon de deux ans (E. Gasparini) ont également été suggérées. Ce sont des pistes à explorer. En revanche, la proposition d’association a été abandonnée. La structure, lourde à gérer, présente le risque de diluer le réseau.

Dans l’immédiat, c’est le principe d’un réseau labellisé CNRS dans un avenir de 2 ou 3 ans qui a été retenu à l’unanimité des membres présents.

Les principes de fonctionnement du réseau sont fondés sur la collégialité et la liberté. La structure doit être souple. Dans ce sens, deux propositions ont été faites : la première portant sur le choix d’un collègue assurant la coordination pendant 3 ans ; la deuxième concerne la constitution d’un Conseil scientifique, renouvelé aux 2/3 tous les 3 ans, et ouvert à des collègues (enseignants- chercheurs et chercheurs) n’exerçant pas en France.

Accord unanime pour désigner Samia El Mechat comme coordinatrice. Le mandat est de 3 ans.

Il est apparu nécessaire de constituer au plus vite le Conseil scientifique, et tout en prenant en compte le contenu des recherches, de l’ouvrir à toutes les disciplines et d’associer des représentants de l’école anglo-américaine (E. de Mari). Le Conseil pourrait regrouper les représentants de réseau déjà constitué ou de groupe de travail, mais l’implication de représentants d’équipes ou de personnalités à titre individuel tant au sein du Conseil que dans le Réseau RICODE est tout à fait possible (E. Gasparini). La proposition de C. Chanson-Jabeur d’intégrer au Conseil scientifique le doyen actuel de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de la Manouba à Tunis a été ainsi approuvée.

Le Conseil scientifique sera composé de 18 membres, dont les ¾ exercent leurs activités de recherche en France, soit 13 à 14 membres, et le ¼ à l’étranger, soit 4 à 5 membres. Les 7 membres présents à la réunion et Florence Renucci feront partie du Conseil scientifique. Le Conseil scientifique se réunira avec une périodicité de 2 fois l’an. On veillera à le coupler avec une manifestation scientifique chaque fois que possible.

 Les axes de recherche et les activités scientifiques du réseau ont été au cœur de la réflexion. Outre les différents axes déjà retenus, l’importance de la littérature et de la civilisation comme axe de recherche a été soulignée (D. Avon), ainsi que la nécessité d’organiser une manifestation d’ampleur sur un des sites (E. Gojosso). Ce dernier point a provoqué un débat sur la question des moyens financiers. Les réactions des participants à la réunion ont permis d’apporter des clarifications et des précisions. Le site qui accueillerait une manifestation du réseau n’assurerait pas la totalité des dépenses, les prises en charge ne seraient que partielles. Par exemple, l’équipe accueillante de l’université de Poitiers ne prendrait en charge que l’hébergement et les repas. Mais, dans le cas de projets convergents, des financements de déplacement par d’autres équipes paraissent possibles.

Quant aux manifestations du réseau, il a été précisé (S. El Mechat et A.C. Bonneville) que le colloque sur « les administrations coloniales et la ‘pacification’ XIX°-XX° siècles » qui se tiendra à l’Ecole militaire à Paris les 23 et 24 mars 2012 portera la mention du réseau RICODE de même que le colloque organisé conjointement par l’Institut d’histoire du temps présent- CNRS et le Centre d’histoire Judiciaire-CNRS/ Lille 2 et prévu pour 2013 sur les décolonisations. Le colloque des 6-7 juin 2012 organisé par l’Institut d’histoire du droit à Poitiers (E. Gojosso), « Aspects juridiques et institutionnels de la colonisation à l’époque contemporaine », portera également la mention de RICODE.

L’organisation d’un colloque du réseau RICODE  a également été décidée lors de la réunion. Le thème « les minorités en contexte colonial et post-colonial » (ethniques, linguistiques, religieuses…) est retenu. Le colloque se tiendra probablement à Poitiers en 2014 et sera précédé de deux tables rondes d’une journée à Paris dans le courant de l’année 2013 sur les thèmes « le colonisateur face aux minorités » et « les minorités dans la décolonisation ». L’accent doit être mis sur les continuités, les discontinuités et les ruptures entre le moment colonial et l’après- indépendance. Le sujet ne se limitera pas à l’étude de l’empire colonial français et de la décolonisation française. Un appel à contributions sera mis en ligne sur différents sites, notamment celui de RICODE.

Afin de donner une plus grande visibilité aux activités scientifiques de RICODE et de favoriser les échanges et les collaborations, une large diffusion du compte rendu et du texte de  présentation du réseau sera assurée auprès des collègues en France et à l’étranger.


[1]Etaient présents : Samia El Mechat (UNS), Chantal Chanson-Jabeur (Paris 7), Eric Gojosso (Université de Poitiers), Dominique Avon (Université du Maine), Eric de Mari (Université de Montpellier), Eric Gasparini (Université Aix-Marseille), Anne-Claire Bonneville (INALCO).

Excusés : F. Renucci (CHJ-Lille 2), D. Lefeuvre (Paris 8), F. de Barros (Paris 8), J. d’Andurain (CDEF-Ecole militaire), L.A Barrière (Lyon 3), M. Ortolani (UNS), R. Branche (Paris I), Y. Gastaut (UNS).

Séminaire de recherche « Les hommes de la décolonisation. Mémoires et itinéraires ». Séance sur l’Algérie (30 mars, Paris)

Institut d’histoire du temps présent –CNRS

Centre d’histoire judiciaire – CNRS- Lille 2

Réseau de recherche interdisciplinaire « Colonisations et décolonisations »

 

Séminaire  de recherche sur

« Les hommes de la décolonisation. Mémoires et itinéraires »

Programme de la séance du 30 mars 2012 à l’IHTP

       

Salle 124

9h30-12h 

Cette séance à deux voix dédiée à l’Algérie s’inscrit dans le cadre du cinquantenaire de l’indépendance de cet Etat.

 Jean-Pierre PEYROULOU

              “Hocine Aït Ahmed, une pensée politique en action (1945-1963)”

 

 Depuis les premiers travaux de M. Harbi, l’historiographie récente du FLN souligne la nature polymorphe du FLN, instrument de libération anti-coloniale mais aussi de coercition. Après quelques décennies de sacralisation tiers-mondiste et à la lumière de la décennie de guerre civile, les études récentes montrent que la violence, largement imputable à la colonisation, était aussi constitutive de la culture politique du FLN, les hommes du Premier novembre l’ayant souvent intégré, non seulement contre le colonisateur, mais aussi dans les rapports avec leur propre peuple. Cette observation générale peut être nuancée en fonction des hommes.

 En effet, sur le rapport à la violence comme moyen de relation au peuple, Hocine Aït Ahmed occupe une place singulière. La vie militante du dernier “chef historique” vivant du FLN avec Ben Bella, est relativement connue, même si aucune biographie ne lui a été consacrée, à la différence des autres grands acteurs du nationalisme algérien comme Abbas, Messali , Ben Bella , Boudiaf…. Sa pensée n’a jamais fait l’objet de véritable étude, alors qu’elle est sans doute l’une des plus singulières et des plus constantes parmi celles des dirigeants nationalistes algériens. C’est sur cette dernière que nous voudrions nous arrêter pour la période qui correspond au combat nationaliste entre 1945 et 1963, date à laquelle il démissionna de l’Assemblée constituante algérienne, écran de fumée devant le tout puissant Bureau politique du FLN auquel il refusa de participer. Cette position le conduisit à passer en 1963 dans l’opposition et dans la clandestinité en Kabylie.

Samia El MECHAT

                            « Les pays arabes et la question algérienne 1945-1962 »

 

L’analyse de la relation entre l’indépendance algérienne et l’action d’hommes de pouvoir dans les pays arabes reste une question délicate. Ce point revêt pourtant un intérêt scientifique particulier. L’action internationale et la « solidarité » des « Frères » arabes pendant la guerre d’indépendance et au-delà font en effet l’objet d’interprétations divergentes. Des mouvements complexes et contradictoires ont caractérisé les politiques algériennes des dirigeants arabes du Maghreb et du Machrek. Cette approche, qui s’inscrit dans une histoire globale du rôle des forces internationales dans les processus de décolonisation et d’affirmation des souverainetés nationales, vise à mieux repérer les enjeux, à saisir les interactions et les dynamiques à l’œuvre.