PUBLICATION. L’empire Indochinois. Le gouvernement général de l’Indochine, de la création de l’Union indochinoise au rappel de Richaud (1887-1889)

 

unknown

Eric Gojosso

Editeur : Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers
ISBN : 979-10-90426-55-9
Collection : Essais
472 pages – Parution : 12/2016

Que sait-on de la naissance et des commencements de l’Union indochinoise ? Peu de choses en vérité. Pourtant la structure mise en place en 1887, dans l’urgence et non sans incohérences, tint un rôle majeur dans la pérennisation de la présence française en Indochine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
À peine tempéré par les quelques pages que l’on trouve parfois dans certains ouvrages, ce désintérêt étonne d’autant plus que le poste de gouverneur général fut l’un des plus convoités de l’empire ultramarin.
Ajoutant à l’exotisme un prestige fondé sur la dévolution de compétences extraordinaires, il ne pouvait laisser indifférent administrateurs et politiques.
Représentant de la France, le chef de l’Union indochinoise était au contact de sociétés parmi les plus avancées et de monarques dont la légitimité était souvent plus ancienne que la République à laquelle ils se trouvaient assujettis. Chez les politiques, plusieurs virent dans un tel emploi le moyen de lancer ou relancer une carrière qui stagnait. Le détour asiatique leur permit d’obtenir ou de retrouver un portefeuille ministériel et aussi, fugitivement, d’accéder à la présidence du conseil, voire à la magistrature suprême.
Sans doute est-ce le poids écrasant de pareilles personnalités qui a détourné l’attention des tout premiers instants, de sorte que les débuts effectifs de l’Indochine française dateraient peut-être de Lanessan (1891-1894), sinon, selon l’opinion longtemps dominante, de Doumer (1896-1902). Avant eux, il n’y aurait rien, du moins rien qui fût digne d’une enquête retraçant les étapes d’un cheminement couronné de succès. Il est vrai que les années 1887-1889, à plus d’un titre décisives, furent marquées par l’incertitude et l’instabilité. Le contexte n’était propice ni en Extrême-Orient où la colonisation se heurtait à des adversaires déterminés, ni en France où la République « des républicains » commençait à charrier son lot de crises : le régime était déjà ébranlé par les affaires Wilson-Grévy et Boulanger ; les fils du scandale de Panama venaient de se nouer. Résultat tangible de cette agitation, les cabinets ministériels se succédaient à une cadence effrénée et la politique coloniale s’en ressentait. Sans doute la logique de concentration qui soudait de plus en plus étroitement radicaux et opportunistes eut-elle ici le mérite d’indiquer une ligne directrice finalement consensuelle : à gauche, les partisans de l’abandon du Tonkin reculaient.
Néanmoins, pour appartenir à la même majorité, les hommes qui assumaient le pouvoir étaient loin de se rejoindre sur l’organisation à promouvoir pour doter la France d’un instrument institutionnel durable. Si les différences les séparant étaient moins de nature que de degré, les projets qu’elles sous-tendaient semblaient évoluer entre deux pôles résolument antagoniques, l’administration directe ou le protectorat.
L’histoire de ces tâtonnements est instructive : elle jette un jour nouveau sur des notions qui ne sont pas aussi tranchées qu’on veut le croire, révélant par là que, dès lors qu’il s’agit d’imprimer sa domination, les nuances restent théoriques. Dans l’ordre des faits, les choix du colonisateur s’imposèrent toujours absolument, qu’ils fussent relayés par les « indigènes » ou les Européens. Il n’empêche que cette séquence initiale est celle durant laquelle non seulement les bases furent posées, mais aussi les remèdes identifiés, en attendant d’être réellement appliqués dans des circonstances plus heureuses, une décennie plus tard. Et sur ce point, il importait de mettre en lumière le rôle d’un haut fonctionnaire injustement tombé dans l’oubli, dont les idées annonçaient les réalisations de Doumer : Etienne Richaud. Il est vraiment le premier à avoir donné corps à l’empire indochinois rêvé par Paul Bert.

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

PUBLICATION. Histoire de l’Egypte moderne. L’éveil d’une nation (XIXe-XXIe siècles)

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville

3bd56112943d8337bad469a137629f2d

Berceau d’une des plus anciennes civilisations, l’Egypte est aussi une jeune nation. Ce livre en raconte l’éveil au cours des deux derniers siècles. Après un XIXe siècle brillant et prometteur, l’Egypte fait l’expérience malheureuse de la sujétion coloniale. Débarquées en 1882, les troupes britanniques ne quittent définitivement le sol égyptien qu’en 1956. Au triomphe de Nasser sur les puissances coloniales cette année-là succèdent les désillusions. L’indépendance n’empêche pas la poursuite d’une guerre de trente ans avec Israël. Finalement signée en 1979 à Camp David, la paix ne tient pas ses promesses de prospérité. Tout au contraire, une fois refermée la parenthèse socialiste, les inégalités sociales progressent de nouveau, sous l’effet de la croissance démographique. Après la brève efflorescence du « printemps égyptien » de 2011, l’Egypte remue avec un pouvoir autoritaire. Cependant, les Egyptiens ont peut-être posé, dans cet entrebâillement révolutionnaire, un nouveau jalon vers la liberté politique…

PUBLICATION. Les minorités ethniques, linguistiques et/ou culturelles en situations coloniale et post-coloniale (XVIIIe-XXIe siècles)

Sous la direction de

Anne-Claire DE GAYFFIER-BONNEVILLE, Samia EL MECHAT et Éric GOJOSSO

Poitiers

Collection de la Faculté de droit

LGDJ

2015

unknown-1Cet ouvrage réunit les contributions présentées lors d’une journée d’étude et d’un colloque placés sous l’égide du Réseau de Recherche Interdisciplinaire Colonisations et Décolonisations (RICODE. http://ricode.hypotheses.org).

La journée d’étude, préparée conjointement par l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP – UPR 301, CNRS) et le Centre de Recherches Moyen-Orient Méditerranée (INALCO-CERMOM EA 4091), s’est déroulée à Paris, le 31 mai 2013.

Le colloque, organisé par l’Institut d’Histoire du Droit (IHD Poitiers – EA 3320) et ayant bénéficié du soutien financier de l’Université de Poitiers et du Grand Poitiers, s’est tenu à Poitiers, les 27 et 28 mars 2014.

Pour accéder à la table des matières, cliquez ici.

PUBLICATION. « Les colonies. Approches juridiques et institutionnelles de la colonisation de la Rome antique à nos jours », Faculté de droit de Poitiers/LGDJ, 2014

Parution de « Les colonies. Approches juridiques et institutionnelles de la colonisation de la Rome antique à nos jours », Faculté de droit de Poitiers/LGDJ, 2014

Sous la direction d’Eric Gojosso, David Kremer et Arnaud Vergne

Pour accéder au résumé et à la table des matières: http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/145/files/2014/05/annonceLesColonies-1.pdf

PUBLICATION. “Décolonisations au XXe siècle”. Les hommes de la transition”, L’Harmattan, 2014

Parution des “Décolonisations au XXe siècle. Les hommes de la transition”, L’Harmattan, 2014

Parution d’un ouvrage sur les décolonisations et ses acteurs au XXe s. sous la direction de S. El-Mechat et F. Renucci qui reprend une journée d’études organisée sur le thème et concerne des champs géographiques et disciplinaires variés:

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=43039