A propos lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

CONFERENCE. L’octroi de la nationalité et de la citoyenneté françaises dans les colonies : aspects théoriques et expériences pratiques

Conférence (entré libre) Jeudi 30 novembre 2017
14h15

Eric Gasparini
Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

et
Sarah Rahouadj
ATER à l’Université de Rouen

Salle Walline
Faculté de Droit
15, rue Sainte-Opportune

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

86 000 Poitiers

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

Annonce d’une publication à venir

Le RICODE a la plaisir de vous annoncer la prochaine parution des actes des deux journées d’études qui se sont respectivement tenues à l’Inalco et à l’Université de Montpellier en juin 2015 et en mars 2016 sur le thème de  « La réforme. Contextes, enjeux et objectifs. approche critique et comparative XIX-XXème siècles« .
Cette publication devrait être intégrée dans un dossier de la Revue Outre-mers.
Elle est prévue pour la fin de l’année 2017.

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

EXPOSITION. SciencesPo, une histoire coloniale

Sujet jusqu’à présent inexploité, Pap Ndiaye et Jakob Vogel tous deux professeurs au Centre d’histoire de SciencesPo, ont proposé à leurs étudiants du Master d’Histoire de l’Ecole doctorale de réaliser un travail de recherche sur le thème Sciences Po, une histoire coloniale. Les étudiants, avec l’aide des bibliothécaires, ont ainsi exploité les documents issus des fonds d’archives et des collections de SciencesPo,  pour réaliser l’exposition Sciences Po, une histoire coloniale visible à la Bibliothèque René Rémond du 1er mars au 29 avril 2017.

1er mars – 29 avril 2017

Bibliothèque R. Rémond

27 rue Saint-Guillaume

75007 Paris

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

CONFÉRENCE. L’évolution du système judiciaire en Egypte. XIXe et XXe siècles

Vendredi 24 mars 2017. 14h30

Dans le cadre de l’un des « Rendez-vous » du Cercle André Tiraqueau

Faculté de Droit (amhi Rousseau)
43, place Charles de Gaulle
86 000 Poitiers

Contact. Président du CAT / adrien.lauba@univ-poitiers.fr

Anne-Claire BONNEVILLE (Maître de conférences. Institut national des langues et civilisation orientales. Paris)

Essam FARAG (Magistrat. Vice-Président de la Cour de cassation égyptienne. Ancien Vice-ministre de la Justice)

Anne-Claire Bonneville-Essam Farag

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

CONFÉRENCE. Isoler pour mieux pacifier. Théophile Pennequin et l’expérience des territoires militaires au Tonkin (fin XIXe siècle)

Date à préciser

unknownJean-François Klein

Professeur en Histoire maritime. Université du Havre

Dans le cadre de l’un des « Rendez-vous » du Cercle André Tiraqueau
Faculté de Droit
43, place Charles de Gaulle
86 000 Poitiers

Contact. Président du CAT / adrien.lauba@univ-poitiers.fr

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

PUBLICATION. L’empire Indochinois. Le gouvernement général de l’Indochine, de la création de l’Union indochinoise au rappel de Richaud (1887-1889)

 

unknown

Eric Gojosso

Editeur : Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers
ISBN : 979-10-90426-55-9
Collection : Essais
472 pages – Parution : 12/2016

Que sait-on de la naissance et des commencements de l’Union indochinoise ? Peu de choses en vérité. Pourtant la structure mise en place en 1887, dans l’urgence et non sans incohérences, tint un rôle majeur dans la pérennisation de la présence française en Indochine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
À peine tempéré par les quelques pages que l’on trouve parfois dans certains ouvrages, ce désintérêt étonne d’autant plus que le poste de gouverneur général fut l’un des plus convoités de l’empire ultramarin.
Ajoutant à l’exotisme un prestige fondé sur la dévolution de compétences extraordinaires, il ne pouvait laisser indifférent administrateurs et politiques.
Représentant de la France, le chef de l’Union indochinoise était au contact de sociétés parmi les plus avancées et de monarques dont la légitimité était souvent plus ancienne que la République à laquelle ils se trouvaient assujettis. Chez les politiques, plusieurs virent dans un tel emploi le moyen de lancer ou relancer une carrière qui stagnait. Le détour asiatique leur permit d’obtenir ou de retrouver un portefeuille ministériel et aussi, fugitivement, d’accéder à la présidence du conseil, voire à la magistrature suprême.
Sans doute est-ce le poids écrasant de pareilles personnalités qui a détourné l’attention des tout premiers instants, de sorte que les débuts effectifs de l’Indochine française dateraient peut-être de Lanessan (1891-1894), sinon, selon l’opinion longtemps dominante, de Doumer (1896-1902). Avant eux, il n’y aurait rien, du moins rien qui fût digne d’une enquête retraçant les étapes d’un cheminement couronné de succès. Il est vrai que les années 1887-1889, à plus d’un titre décisives, furent marquées par l’incertitude et l’instabilité. Le contexte n’était propice ni en Extrême-Orient où la colonisation se heurtait à des adversaires déterminés, ni en France où la République « des républicains » commençait à charrier son lot de crises : le régime était déjà ébranlé par les affaires Wilson-Grévy et Boulanger ; les fils du scandale de Panama venaient de se nouer. Résultat tangible de cette agitation, les cabinets ministériels se succédaient à une cadence effrénée et la politique coloniale s’en ressentait. Sans doute la logique de concentration qui soudait de plus en plus étroitement radicaux et opportunistes eut-elle ici le mérite d’indiquer une ligne directrice finalement consensuelle : à gauche, les partisans de l’abandon du Tonkin reculaient.
Néanmoins, pour appartenir à la même majorité, les hommes qui assumaient le pouvoir étaient loin de se rejoindre sur l’organisation à promouvoir pour doter la France d’un instrument institutionnel durable. Si les différences les séparant étaient moins de nature que de degré, les projets qu’elles sous-tendaient semblaient évoluer entre deux pôles résolument antagoniques, l’administration directe ou le protectorat.
L’histoire de ces tâtonnements est instructive : elle jette un jour nouveau sur des notions qui ne sont pas aussi tranchées qu’on veut le croire, révélant par là que, dès lors qu’il s’agit d’imprimer sa domination, les nuances restent théoriques. Dans l’ordre des faits, les choix du colonisateur s’imposèrent toujours absolument, qu’ils fussent relayés par les « indigènes » ou les Européens. Il n’empêche que cette séquence initiale est celle durant laquelle non seulement les bases furent posées, mais aussi les remèdes identifiés, en attendant d’être réellement appliqués dans des circonstances plus heureuses, une décennie plus tard. Et sur ce point, il importait de mettre en lumière le rôle d’un haut fonctionnaire injustement tombé dans l’oubli, dont les idées annonçaient les réalisations de Doumer : Etienne Richaud. Il est vraiment le premier à avoir donné corps à l’empire indochinois rêvé par Paul Bert.

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

CONFERENCE. Oil Imperialism? Energy and Political Power from a Global Perspective

capture-decran-2016-10-24-a-09-29-22


An international conference organized by Prof. Eric Bussière (Sorbonne
University), Prof. Alain Beltran (CNRS, UMR Sirice 8138), Dr. Guillemette
Crouzet (Graduate Institute of International and
Development Studies, University of Geneva), Dr. Victor McFarland (University of
Missouri) and Marta Musso (European University Institute).
This conference has been funded by the University Paris-Sorbonne, the Labex
EHNE « Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe », the UMR CNRS 8138 CNRS Sirice and the University of Missouri.


Programme

Day One:
Friday, 4th of November
Amphitheatre,
Sorbonne University, Maison de la Recherche – Rue Serpente

9:30
Welcome, Prof. Barthélémy Jobert,
President of the Sorbonne University
9:30-9:40
Opening, Prof. Eric Bussière (Sorbonne
University, Director of the Labex EHNE)
9:40-10:00
Introduction to the Theme “Oil Imperialism”, Prof. Alain Beltran
(CNRS, UMR Sirice 8138)

10:00-10:20
Coffee/tea break

10:20-12:20
Panel 1: Oil, Empire, and International Relations
Chair: Prof. Youssef Cassis, European University
Institute

Guillemette
Crouzet, Graduate Institute, Geneva
British Oil Imperialism in Bakhtiaristan at the
Beginning of the 20th Century

Benjamin Bengobeyi,
University Paris I-Panthéon Sorbonne
Le Pétrole une arme? L’Irak et la libération de la
Nation arabe: l’exemple de la guerre du Kippour

Victor McFarland,
University of Missouri
Oil, Empire, and the U.S. Role in the Gulf

Emily Meierding,
U.S. Naval Postgraduate School
Oil vs. Islands: Disentangling
the Causes of Conflict in the East China Sea

12:20-14:20
Lunch, Club des
Enseignants, Site: Sorbonne

14:20-16:20
Panel 2: State and Corporate Power: National and
Multinational Oil Companies
Chair: Prof. Jean-Pierre Dormois, Institut d’Etudes
Politiques de Bordeaux

Marta Musso,
European University Institute
Hunting grounds for their
monopoly: France, Italy and the State oilmen

Touraj Atabaki,
Leiden University
Labour and the Birth of Oil Capitalism : The Emergence of Oil Imperialism in the First World War

Kevin Wunsthorn,
University Paris I-Panthéon Sorbonne
Entre rivalité et coopération :
la Compagnie française des pétroles face à l’impérialisme pétrolier
anglo-saxon dans le golfe Arabo-Persique

16:20-16:40
Coffee/tea break

16:40-17:40
Keynote Address: Prof. Myrna
Santiago, Saint Mary’s College
Oil Imperialism and Its Discontents

Chair: Barbara Curli, University of Turin

19:30
Conference dinner for
participants
Restaurant Gastro/Brasserie: La Ferrandaise­­­­

Day Two:
Saturday, 5th of November
Amphitheatre,
Sorbonne University, Maison de la Recherche – Rue Serpente

09:30-11:00
Panel 3: Oil, Anti-Imperialism, and Decolonization
Chair: Prof. Phillipe Chassaigne, University Bordeaux Montaigne

Giuliano Garavini,
New York University Abu Dhabi
OPEC: The Making of an Anti-Imperial Organisation

Elisabetta Bini,
University of Trieste
Decolonizing Labor: American Politics and the Rise
of Oil Nationalism in Libya, 1960s-1980s

Philippe Tristani, Agrégé d’histoire, Sorbonne University
L’Iraq National Oil Company contre l’Iraq Petroleum
Company de 1961 à 1972. Le rôle de la
compagnie nationale irakienne des pétroles dans la lutte contre
l’impérialisme

Katayoun Shafie,
UCL London, Centre for Advanced Studies
Long-Distance Machineries of Oil: Managing
Nationalism, Combating Nationalization in Iran

11:30-13:30
Lunch, Club des
Enseignants, Site: Sorbonne

13:30-15:30
Panel 4: Oil Companies, the State, and the Future of Oil Imperialism in a
Postcolonial World
Chair: Prof. Alain Beltran (CNRS, UMR Sirice 8138)

Duccio Basosi, Ca’ Foscari
University, Venice
Oil, Dollars, and Power: Petrodollar Recycling
Revisited

Francesco Petrini,
University of Padua
« Jumped on the Boat of a Territorialist Organization »:
Oil Multinationals and State Power in the XXth Century

Simone Selva,
University “L’Orientale”, Naples
Transnational
Capital Markets and Development Policies in the 1970s: Oil Shocks, the Rise
of Energy Finance, and the Reshaping of U.S. Foreign Economic Relations

15:30-15:50
Concluding Remarks: Victor
McFarland, University of Missouri

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts

Appel à communication

Colloque international Appropriations d’espaces en contexte colonial et impérial

Un colloque international consacré aux appropriations d’espaces en contexte colonial et impérial se tiendra du 12 au 14 juin 2017 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence, France.

Date limite : 30 septembre 2016
Les organisateurs invitent les chercheurs de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à soumettre des propositions de communication s’inscrivant de préférence
dans l’un des cinq axes suivants :
1. Modalités d’appropriation : imaginaires, discours, techniques, outils
2. Acteurs et interactions sociales : négociations, conflits, accommodements, dynamiques sociales passées
et présentes
3. Impacts environnementaux, paysagers, sociaux, économiques, politiques, culturels
4. Temporalités de l’appropriation : moments, durées, rythmes
5. Lieux et échelles : parcours, territoires, limites, articulation entre échelles d’action et niveaux d’analyse

A retrouver sur le site de l’Iremam : http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article3510Appel_ColloqueAppropriations2017_Page_1-350

Appel_ColloqueAppropriations2017

lauba

Maître de conférences Faculté de Droit et Sciences sociales Université de Poitiers

More Posts